ezili_sm_button
writings_sm_button
perform_sm_button
bio_sm_button
workshops_sm_button
contactus_sm_button
guest_bu_button
law_sm_button
merchan_bu_button
  ezilidanto@margueritelaurent.com  
BACK
Donate to HLLN's FreeHaitiMovement-Ezili Danto's Work, go to zilibutton

Companies in Haiti to Boycott

Gildan Activewear / Apaid Garment Factory (AGF)

***********************
Le Plan Politique Américain Pour Haiti

***********************
Ericq Pierre et le plan néolibéral !
***********************

Hope and Humiliation HLLN's Analysis of May 18, 2006 and the Inaugural of President Rene Preval by Marguerite Laurent, Haitian Perspectives, May 18, 2006 (photos)
***********************

 

 

 

 

 

 

 

***********************

Companies in Haiti to Boycott

Gildan Activewear / Apaid Garment Factory (AGF)

Background information on Gildan Activewear /Apaid Garment Factory:

Andy Apaid and Us by Andréa Schmidt and Anthony Fenton | Znet- Haiti, October 19, 2005

A recent pre-election fact-finding trip to Haiti included a series of encounters with prominent industrialist and political activist Andy Apaid, Jr. Well-known for his leadership role in the U.S., EU, and Canada-backed Group of 184 umbrella civil/political opposition that agitated for President Jean Bertrand Aristide’s overthrow in 2004, Apaid is equally well-known for his apparel factories.

We set out to meet with Apaid and visit Apaid Garment Factory (AGF), his main factory located on Toussaint L’Ouverture boulevard in Port au Prince’s industrial sector. Apaid has long been a subcontractor for the Canadian T-shirt maker Gildan Activewear who, in recent years, have honed in on the Caribbean, specifically the DR and Haiti, as their primary base of operations for providing an estimated 40% of the U.S. t-shirt market.

Earlier this year, Gildan CEO Glenn Chamandy estimated to his shareholders that annual sales should reach 60 million dozen t-shirts by 2009. “Gildan's manufacturing is among the most cost-competitive in the industry….Gildan's labour costs in countries such as Haiti and Honduras are actually cheaper than those in China…the bulk of T-shirts heading to the U.S. market are from the Caribbean…” (Globe and Mail, April 11, 2005).

The first thing we did was call Andy to request an interview. When we reached him via cell phone, Apaid was cautious, demanding a letter from our assigning editor proving our journalistic credentials. Apaid had learned his lesson, he told us, in November 2004 when attorney Thomas Griffin, who Andy called “a paid Aristide lobbyist,” used an interview with him to characterize him in an unfavorable light
(<http://www.law.miami.edu/news/368.html>).

Griffin’s report, published by the University of Miami Law School’s Center for Human Rights, quoted Apaid to expose his instrumental role in the coup against Aristide and his affiliation with criminal elements in Haiti’s populist slum, Cité Soleil. “During the investigation, investigators repeatedly heard reports from police and slum residents that Apaid pays a Cité Soleil gang leader to kill Lavalas supporters.” Apaid himself told Griffin’s team in November 2004 that he “had arranged a meeting with all Cite Soleil ‘gang’ leaders three weeks after Aristide’s ouster, including Tupac, Amaral, Billy, Dred Wilme, and Thomas ‘Labanye Robinson’. Apaid [said] he asked each of them to agree to disarm, and only Labanye agreed.”

Apaid indicated that he was traveling throughout the week but that an interview in his home on the weekend might be possible. Several days later, after receiving an email from our assigning editor, Apaid contacted us via his assistant to confirm that he would grant us the interview. No time was scheduled, however, and we were to call back
to confirm once Apaid had returned from his trip.

On Saturday, October 1st we found ourselves in the industrial sector, just a few hours before the time at which we had been instructed to call Apaid to confirm the meeting. We decided to stop by AGF to see if we could view the premises. AGF is enclosed by high walls and a guarded gate entrance. One of us approached the guard booth and was asked to hand over press credentials. They took our credentials and told us we could enter the premises by way of an adjacent entrance.

We drove through the metal gates and sought a parking space. On our way to the back of the lot, we saw hundreds of boxes of Gildan product stacked on pallets. We then exited the vehicle and made our way to the factory, drawn by the roar of sewing machines and loud music. Inside the factory we saw row upon row of sewing machines
worked by about a thousand workers in between stacks of boxes,of multicolored T-shirts, all of which sported the Gildan label. Mostly, the sewing machines were operated by young women, with male foremen pacing every two or three rows of sewing machines.

We spoke to several female sewers. They told us their wages amount to 1500 Haitian gourdes every two weeks (about 100 gourdes, or less than USD$3, per day). AGF operates by piece work: the sewers are paid by the dozen t-shirts that they sew. They work from 6:30 in the morning to 5:00 at night.

After several minutes of interviewing workers on the floor, one of the pacing foremen approached us and offered us the chance to meet Mr. Apaid. We were surprised he was even there. “Actually,” we replied, “we don’t need to disturb him now. We have a
meeting with him tomorrow.”

”But he’s here now.” a manager said firmly.

“Sorry, but is there a problem?”

“No, there’s no problem. It’s just that he’s waiting for you now.”

Since we didn’t want to keep Mr.Apaid waiting, and since it was abundantly clear that we had no choice in the matter, we followed the management out of the factory and into the front offices to meet Apaid. We were led through a short, narrow hallway with one-way mirrors into enclosed the inner sanctum where we met Apaid’s assistant, who treated us like a group of people who had made an appointment:

“Mr. Apaid is in a meeting. He’s looking forward to meeting you. He doesn’t have much time right now; he’s in a very important meeting; he will come down to tell you personally that he regrets not being able to spend more time with you.”

Shortly thereafter, Apaid emerged from his meeting and shook everyone’s hands. There was something about his manner that suggested our prospects of interviewing him were fading fast.

“Mr. Apaid,” one of us said, trying to save the future interview, “we’re very sorry for interrupting –“

“--Not nearly as sorry as I am,. Because I have to tell you I don’t have the time to see you now.”

We tried interjecting again: “We just wanted to--”

“--You just wanted to see my face. Well, here it is.”

We decided on the direct approach. “Can we still meet with you?”

Apaid reminded us that we were supposed to call him at 2:00 P.M. (implicitly rebuking us for just showing up at noon). He suggested an updated plan: we should call him back at 5:00 P.M.

We did better than that: we called him once every 10 minutes or so between 5:00 P.M. and 7:00 P.M, and got used to the sound of his cell phone ringing and ringing.

We finally reached him the next morning (Sunday). He agreed to a meeting for Monday at 3:30 P.M. He again brought up the question of the letter that he had initially requested in order to filter out ‘Aristide propagandists.’ “Have you sent the letter from your producer? Was it copied to all of you?” We affirmed that the letter had indeed been sent, several days earlier, to the e-mail address that he had specified. “Alright then…” Andy sounded resigned to meeting with us.

At mid-day on Monday, Apaid’s assistant called to inform us that the meeting was cancelled. “Andy regrets that something has come up; he cannot meet with you. Call back at 3:45.” It struck as odd that Apaid should be available for a phone call only fifteen minutes after he had been scheduled to meet with us. [This same day, a briefing we had tentatively scheduled with the International Republican Institute’s in-country director Walter Turnbull was cancelled by IRI spokesperson Lisa Gates, who did not think that Turbull should give us the briefing because one of us was a commentator for ZNet, which she “hardly consider(ed) a legitimate newsgathering organization.” Had
our interviewees discovered the power of google and decided they didn’t like our writing?]

This setback, in any case, was not the last of our encounters with Apaid’s interests. On our final day in Haiti, we decided to again stop by the AGF. It was, after all, on the way to the airport. We arrived at lunch time as many workers were filing out of the factory to have lunch just off the premises. We struck up a conversation with a few workers, and over the next few minutes we were surrounded by a large group of workers, about thirty of whom shared numerous details of their working conditions with us:

• Machine operators, mainly young women between the ages of the 18
and 30 years old, corroborated that they earn 70 gourdes a day for
sewing from 6:30 A.M. – 5:00 P.M. (with a lunch break).

• One woman who had worked at the factory for eight years, said she
earned 36 gourdes a day when she began. (In May, 1995, Aristide more
than doubled the minimum wage, raising it from 15 gourdes to 36
gourdes a day.)

• AGF garnishes 150 gourdes from workers’ salaries every two weeks
for food, which is served to workers during lunch break.

• Workers complained about heat and dust on the shop floor, and the
fact that they could be fired without notice.

• Asked about maternity leave, women workers laughed. They say they
receive 500 gourdes (about 12 USD) when they have a baby. There is no
vacation pay, andno overtime. (Technically speaking, they don’t work
overtime.)

One man told us that he makes 8 gourdes (0.20USD) an hour operating a machine. He earns 70 gourdes a day. However, he says, once he spends the 12 Haitian dollars (60 gourdes) necessary to travel from Carrefour (a Southern Port au Prince commune) to the factory and home, he has only 10 gourdes left over. He referred to the entire
operation as “organized theft.”

None of the workers we spoke to wanted to be named, and they all adamantly refused to be filmed. They were quite open about the fact that they feared that they would be fired if identified.

“Apaid cares a lot about money, but he doesn’t pay,” observed one woman.

“Why do you continue to work here then?”

“Because there are no other jobs.”

Lunch-time was edging onward, our conversation with the workers ended, and it was time for us to go. We drove away from the workers at the AGF gates and the boxes of Gildan T-shirts stacked inside, and headed toward the airport.

Andy might have been inside, having an important meeting about the future of the country behind a few one-way mirrors. But he was too busy to meet with us.

 

**********************************************
For more information on Canada’s role in Haiti, and updates, see HLLN's Canada page, www.canadahaitiaction.ca or www.outofhaiti.ca
*
*********************************************

STOP RIGGING ELECTIONS AGAINST HAITI’S POOR MAJORITY!
FREE ALL POLITICAL PRISONERS - RESTORE HAITI’S SOVEREIGNTY NOW!



the Haitian Lawyers Leadership Network as a FreeHaitiMovement event
**********************************************

(Demand stop to UN forces killing Haitian civilians in Haiti, go to:zilibutton )
***********************
***********************

Dessalines Is Rising!!
Ayisyen: You Are Not Alone!


 



**********************************************
Thirst For Justice:
A Decade of Impunity in Haiti
http://hrw.org/reports/1996/Haiti.htm
***********************
***********************

***********************


Le Plan Politique Américain pour Haiti
(Source: email from Ben Dupuy, Haiti Progres, Wed, 7 May 2008)

Dans l’édition précédente, vol 26 # 8, l’aspect économique du « Plan Américain pour Haïti » ou Plan néolibéral a été analysé par Ernst Verdieu au cours d’une conférence à la Fondation Toussaint Louverture à New York, Queens, le 10 mars 1985. Plan appliqué depuis sous la dictature de Jean Claude Duvalier à nos jours. Naturellement, il ne saurait y avoir aspect économique sans contexte politique.

Ce dit contexte, à cette époque, début des années 70, était dominé par le concept de libération prôné par le président nord-américain, le démocrate James Carter. Le capitalisme arrivé à son stade suprême aux Etats-Unis, d’impérialisme, était avide de nouveaux marchés pour non seulement exploiter une main d’œuvre à bon marché mais aussi pour maximiser ses profits et par ainsi déverser ses produits excédentaires subventionnés par l’Etat étasunien. Parce que ce système « anarchique » est toujours confronté à une surproduction. Dès lors, il faut trouver des pays ayant des gouvernements soumis pour « moderniser » l’Etat et appliquer une démocratie sur mesure.

C’est donc dans ce contexte que le président Jimmy carter pressurait le gouvernement haïtien de préparer le terrain pour l’application de leur plan. Il était demandé au dictateur Duvalier de renoncer à la présidence à vie, de « démocratiser » le régime etc… Et, pour en arriver là une opposition bourgeoisie face au macoutisme s’épanouissait avec le support de la presse dite indépendante ayant comme fer de lance Radio Haïti Inter avec à sa tête Jean Dominique et des journalistes comme Marcus Gracia, Marvel Dandin, Sony Bastien, Liliane Pierre Paul etc… Des politiciens aussi comme Sylvio Claude, Grégoire Eugène, Jean Jacques Honorat se prêtaient aussi au jeu de l’Empire pour critiquer la dictature à vie, aspect non négociable des représentants de la féodalité donc des macoutes. Et c’est pour cette raison avec l’élection du républicain Ronald Reagan en 1980, les macoutes se sont sentis rassurés par cet « allié » et ont organisé la répression de ce secteur suscité le 28 novembre 1980. Roger Lafontant chef de file du macoutisme disait ce jour là « bal la fini » ! Et, les journalistes et les politiciens les plus en vue ont été exilés. C’est en tenant compte de ce contexte que Ben Dupuy, au cours de cette conférence, analysait l’aspect politique du « Plan américain pour Haïti ».

Le plan politique américain

Ernst Verdieu vient de nous présenter le plan économique américain pour Haïti et il nous a bien montré que le département d’Etat ne l’a pas conçu uniquement pour notre pays.

Haïti est un des maillons dans l’ensemble des Caraïbes et de l’Amérique latine ; aussi son cas a-t-il été étudié spécifiquement, en détail, mais il ne faut jamais perdre de vue qu’il entre dans un contexte global. De même, faut-il ne pas se polariser uniquement sur le plan économique car sa réalisation passe elle-même par la mise en application d’un plan politique. En d’autres termes, l’un est subordonné à l’autre, il importe donc d’analyser au niveau politique le plan qu’ont élaboré les Etats-Unis pour Haïti. N’oublions pas en effet cette phrase qui synthétise parfaitement les rapports entre politique et économie : «La politique n’est autre que l’expression concentrée de l’économie».

Pour mettre en œuvre son plan économique, le gouvernement américain, nous a expliqué Verdieu, se trouve confronté à certains problèmes, et il se voit notamment dans l’obligation, selon ses propres termes, de «contourner» le gouvernement haïtien, celui-ci constituant un obstacle à la réalisation de ses objectifs. Cela est également vrai pour le plan politique ; là encore les Etats-Unis se heurtent à l’écueil que représente le régime duvaliériste. Il est très important d’en avoir clairement conscience. A quoi cela est-il dû, sachant pourtant qu’Haïti s’en est toujours remise aux Etats-Unis pour résoudre tous ses problèmes ? C’est que le gouvernement duvaliériste est une sorte d’aboutissement, découlant de toute l’histoire antérieure du pays. Et actuellement, les Etats-Unis en sont arrivés au stade où il s’avère nécessaire de moderniser le pays, de le transformer en un pays capitaliste. Bien entendu, pas un capitalisme indépendant, qui entrerait en compétition avec le système américain mais un capitalisme articulé, dans un rapport de dépendance, avec celui des Etats-Unis. Ce changement nécessaire des structures économiques pose inévitablement des problèmes avec le régime haïtien dans la mesure où celui-ci est le produit d’un système resté encore largement féodal, avec les caractéristiques intrinsèques à ce système, notamment l’arriération et l’obscurantisme.

Le propre même du capitalisme est la rationalité, l’efficacité, l’utilisation de la science et des techniques modernes, bien entendu dans le sens de ses intérêts et profits, mais ces méthodes de fonctionnement entrent nécessairement en conflit avec l’anarchie et la mentalité sous-développée qui caractérisent la gestion duvaliériste. Donc, au plan politique, les Etats-Unis sont aussi obligés de contourner en quelque sorte le régime, en envisageant parallèlement l’éventualité de s’en débarrasser. Mais de quelle façon et au profit de qui ? Cela signifierait-il un mieux-être pour le peuple haïtien ? A cet égard, les mesures envisagées au plan économique montrent en quel sens on s’oriente : le retrait de 400.00 ha de terres consacrés jusqu’alors à la production vivrière signifie une dépendance alimentaire totale vis-à-vis des Etats-Unis, le pays en étant réduit à la merci des surplus américains, des «kennedy». C’est donc l’entrée en matière et on peut prévoir que tout gouvernement un tant soit peu nationaliste accédant au pouvoir se trouverait directement soumis au chantage américain utilisant pleinement «l’arme alimentaire» pour l’obliger à plier. Ce qui montre une fois encore l’étroite corrélation entre plan politique et plan économique.

Sans entrer dans trop de détails, je dirai que le plan politique est déjà entré en application et l’exemple d’autres pays en Amérique latine nous en donne une idée. On peut remarquer actuellement qu’un peu partout ont lieu des «élections» pour remplacer des dictatures – le plus souvent militaires – par des régimes civils dits démocratiques. Notez bien que celles-ci ont fini de remplir le rôle qui leur était dévolu : implanter par le fer et par le feu le «capitalisme sauvage» des multinationales, ce qui s’est soldé par des dizaines de milliers de disparitions, la torture à grande échelle, etc., car il fallait briser le mouvement de masse, les revendications populaires et les régimes populistes à caractère nationaliste. Maintenant, il s’agit de mettre gentiment les militaires de côté, de les faire «rentrer dans leurs casernes» mais sans heurts, sans éclats, pour céder la place à une bourgeoisie décidée à s’accommoder avec l’impérialisme américain. Quant aux milliers de «disparus», ce n’étaient après tous que des «terroristes» et ils sont sacrifiés à l’autel de la «réconciliation nationale». Ce sont donc les démocraties «modérées», «respectables» qui prennent le relais et on peut le voir par exemple avec Alfonsin en Argentine ou Sanguinetti en Uruguay. Cependant, si dans les pays du cône Sud – pour des raisons historiques dans lesquelles nous ne pouvons entrer ici – on réussit temporairement à désamorcer l’explosion populaire par ce type de démocratie, en Amérique centrale il semble plutôt que la bombe qu’on cherche à désamorcer explose brutalement entre les mains. Et Haïti fait partie de cette région.

Pourquoi cette différence ? Dans les grands pays d’Amérique du Sud, la bourgeoisie nationale avait déjà en quelque sorte «déblayé le terrain», en ce sens que les gouvernements populistes avaient réussi en grande partie à évincer politiquement l’oligarchie agraire ; aujourd’hui, l’impérialisme peut donc plus facilement imposer à l’oligarchie une solution «démocratique bourgeoise».

Par contre en Amérique centrale, c’est encore le règne des Somoza – jusqu’à il y a peu de temps – ou des Duvalier, c’est-à-dire des dictatures féroces représentant l’oligarchie agraire, et ces pouvoirs n’entendent rien, ne comprennent rien, sinon qu’ils sont là et qu’ils y resteront, coûte que coûte. C’est contre ce récif que le plan politique américain vient de se heurter.

Les Etats-Unis font pression sur le régime Duvalier, espérant le forcer à un semblant d’élections et faire petit à petit des avancées selon la technique du grignotage. Duvalier, lui, n’a rien à perdre à se prêter à cette comédie, il a besoin d’argent et «l’aide» passe encore par un certificat de «bonne conduite». Mais ensuite il viendra doublement à la charge et tout sera à recommencer.

Cependant, en Haïti comme ailleurs l’opposition de droite, la bourgeoisie, cherche toutes les occasions pour créer une brèche – à son propre profit – dans le pouvoir autocratique et elle est on ne peut mieux disposée à aménager de concert avec l’impérialisme une transition sous son égide pour le remplacement de la dictature, sans peut-être se rendre compte que c’est là un jeu dangereux, qui pourrait très mal finir pour elle… Bien entendu, ce mouvement qui se développe actuellement en Haïti crée des conditions favorables à la conscientisation des masses car toute tentative d’élargissement d’un pouvoir dictatorial entraîne le dépassement du cadre auquel on veut le circonscrire, par exemple cela brise la peur car le pouvoir n’est plus perçu comme un roc impossible à ébranler, des fissures apparaissent, signe de faiblesse. Ainsi le travail qu’actuellement l’Eglise mène un peu partout dans le pays est extrêmement important car, pourrait-on dire, elle «laboure le terrain» sur lequel on pourra semer.

Mais arrivera un moment où le mouvement de démocratisation sera bloqué parce que Duvalier prendra peur, et il reviendra à la seule politique en laquelle il croit vraiment : celle de la répression sauvage, de la terreur.

Alors – et c’est ce que l’on peut prévoir dès maintenant sans attendre d’être devant le fait accompli – le plan politique américain se révélera inapplicable car l’oligarchie n’entendra même pas céder la place à la bourgeoisie.

A notre avis, il serait donc préférable de travailler à une vraie solution plutôt que de renforcer – consciemment ou non – le plan politique américain. A cet égard, on peut s’interroger par exemple sur la Conférence du 10 février 1985 à New York, plus exactement sur ce qui a engendré pareille initiative. N’entrait-elle pas en définitive dans le plan américain ? Qu’est-ce qui nous fait émettre pareille hypothèse ? Plusieurs facteurs. Ces initiatives – conférence, déclaration – se font au moment même où un climat d’attente, de changements, est créé en Haïti : rumeurs d’élections, annonce de légalisation des partis politiques, en d’autres termes orchestration du plan conçu par les Etats-Unis pour Haïti. D’autre part – on ne peut pas ne pas le remarquer – la gauche a été dans son ensemble exclue à priori de cette réunion qui, selon ses signataires, devrait pourtant préluder à une «conférence de l’opposition». Et notons bien que l’exclusion de la gauche constitue un facteur essentiel du plan américain. Les Etats-Unis ont leur conception propre de ce qu’ils entendent par opposition et ils ne traitent qu’avec ce que l’on appelle opposition «modérée», c’est-à-dire la droite puisque tout ce qui se situe au-delà de ce secteur est assimilé aux «communistes», aux «terroristes», conception joignant au fond celle des Pinochet ou Duvalier. Enfin, en rapport avec la Déclaration même issue de cette réunion du 10 février, n’aurait-il pas été nécessaire pour souligner d’emblée une entière opposition au plan économique américain dont on s’accorde à reconnaître qu’il a des conséquences désastreuses pour le pays ?

Tout à l’heure, Ernst Verdieu a parlé de mémorandum dans lequel seraient inclus d’autres points mais il nous semble vital qu’une déclaration soit émise en fonction de critères essentiels et on en arrive toujours à la même conclusion : le plan américain pour Haïti est un plan de domination impérialiste, exécuté jusqu’à présent par Duvalier que la droite s’offre actuellement à relayer. Il nous faut toujours raisonner dialectiquement : si d’un côté la dictature se révèle un obstacle pour la pénétration impérialiste en Haïti – Duvalier représentant, comme nous l’avons dit, l’obscurantisme féodal – de l’autre il reste jusqu’à présent un mal nécessaire pour les Etats-Unis, tant qu’ils n’auront pas trouvé une solution meilleure pour leurs propres intérêts. Une question comme la cession éventuelle du Môle St Nicolas pour l’établissement d’une base américaine est une question cruciale qu’on ne peut passer sous silence ou ignorer. C’est là ce qui permet en définitive de se rendre compte si on lutte pour l’indépendance réelle du pays ou si l’on souscrit plutôt à la stratégie américaine en évitant de poser des questions «gênantes», «embarrassantes», qui pourraient déplaire au département d’Etat.

Ce sur quoi nous voudrions attirer l’attention, c’est l’inconséquence de la droite qui, même si elle fait de belles déclarations de principe où certaines revendications démocratiques fondamentales sont posées, les oublie rapidement pour se précipiter dans n’importe quelle parodie électorale, pourvu qu’on veuille bien lui faire une petite place.
Nous ne disons pas que l’on doive bannir à priori toute participation à un processus électoral, même s’il s’agit d’élections dans le cadre anachronique d’une présidence-à-vie qui reste une question de principe fondamentale à poser. Mais à cet égard on peut prendre deux positions :

* soit se courber devant le plan politique américain préconisant dans un premier temps un réaménagement de la dictature à l’intérieur d’un espace politique restreint prévoyant l’intégration d’une droite pro-impérialiste, laquelle pourrait par la suite se substituer à la dictature elle-même pour gérer plus efficacement les intérêts américains ;

* - soit imposer des normes démocratiques dignes de ce nom, permettant le fonctionnement sans discrimination de tous les partis et tendances politiques en Haïti.
En général, les partisans du plan américain rationalisent leur position en laissant entendre qu’Haïti ne peut aspirer qu’à une certaine «autonomie», vu «l’inter-dépendance» régissant les rapports entre nations. Sans entrer dans la sémantique, on doit noter que ce terme d’inter-dépendance est utilisé en fait par les organismes financiers pour masquer la dépendance des pays sous-développés à l’égard des grands pays capitalistes. Il est vrai – et ceci est une toute autre question – qu’aucun pays ne peut vivre, en autarcie, qu’il doit entretenir des rapports d’échange avec les autres nations mais lorsqu’on lui impose des conditions défavorables, lorsqu’on lui dicte quelle voie doit prendre son propre développement, il n’y a plus «inter indépendance» mais dépendance, c’est-à-dire une mise en tutelle et une subordination. Pourquoi lutter pour l’indépendance nationale si l’on ne peut envisager que de bénéficier d’une petite marge d’autonomie, comme les esclaves recevaient d’un «bon» maître un peu de liberté à l’intérieur de la servitude ? Comme Haïti est un petit pays, certains pensent qu’il est destiné à tomber inévitablement sous la férule d’un maître. Mais Cuba et le Nicaragua ont justement accompli leur révolution pour être maîtres chez eux, pour leur souveraineté pleine et entière et si des combattants luttent et meurent aujourd’hui au El Salvador, ce n’est sûrement pas pour un certain degré d’autonomie ; ils luttent pour choisir eux-mêmes l’orientation politique et économique de leur pays, pour décider en peuple libre et indépendant.

En fait, que ce soit au niveau économique ou politique, prédomine encore largement cette idée que rien ne peut se faire en dehors de Washington. Sans le département d’Etat, point de salut !

Disons pour terminer que le plan politique américain ne peut au départ que séduire la droite. Il répond en effet à ses aspirations au pouvoir en tant que bourgeoisie qui est tout autant désireuse d’en finir avec l’autocratie que de ne pas se laisser déborder par le mouvement populaire. Il est donc pour elle préférable de faire un accommodement au sommet avec Washington en utilisant les pressions américaines plutôt que d’agir à la base – à partir des revendications populaires. Cependant, cette droite doit être consciente :

1. qu’elle est perçue par le pouvoir comme un danger immédiat, représentant le prochain relais aménagé par les Etats-Unis – ce qui valut à Aquino d’être assassiné à son retour aux Philippines.

2. Qu’en conséquence, croyant manœuvrer intelligemment, elle risque d’être le dindon d’une sinistre farce, les Etats-Unis ne pouvant la protéger des excès d’une dictature, restant dans une certaine mesure incontrôlable.

De plus, elle se doit au moins de respecter ses propres principes, ceux d’une démocratie politique ouverte à tous.

La gauche, quand à elle, ne doit jamais perdre de vue que sa lutte reste axée sur la libération nationale et sociale. A partir de là, son rôle est d’utiliser toute nouvelle conjoncture en fonction des possibilités qu’elle lui offre pour l’avance du mouvement populaire, sans se laisser obnubiler ou absorber par cette conjoncture. Et plusieurs exemples montrent clairement l’aboutissement des plans américains, plus précisément en Amérique centrale et dans les Caraïbes : toutes les tentatives d’aménagement ou de rechange des dictatures finissent par déboucher sur une impasse si bien qu’en définitive les forces politiques modérées n’ont plus d’autre choix qu’entre opter ouvertement pour le soutien de la dictature ou s’intégrer au mouvement de masse.

Cela est illustré clairement au El Salvador avec un Duarte, démocrate-chrétien qui se fait la «caution démocratique» d’une dictature contrôlée en fait par les militaires, tandis que le social démocrate Guillermo Ungo, après des vaines tentatives de participer au gouvernement, s’est finalement rallié à la lutte de guérilla du FMLN.

En Haïti, si par miracle le régime acceptait une vraie ouverture démocratique avec libre fonctionnement de tous les partis politiques sans exclure des syndicats, associations, etc., retour de tous les exilés sans discrimination, possibilité de mener un véritable travail politique, nous accepterions ces conditions, nous permettant de faire avancer beaucoup plus rapidement la lutte des masses. Mais il ne faut pas rêver. Non seulement cela reste du domaine de l’utopie mais il est à prévoir que même la collaboration entre l’autocratie et la bourgeoisie s’avérera impossible et aboutira à un éclatement.

Il nous faut donc nous préparer pour ce moment, être prêts à aborder ce carrefour historique où les tentatives de collaboration, de transition douce s’étant soldées par un échec, le plan politique américain ayant piteusement échoué, il n’y aura d’autre voie que celle pour laquelle ont opté les vrais démocrates et révolutionnaires salvadoriens. Les masses, plus expérimentées, plus mûres politiquement, y seront prêtes, un leadership révolutionnaire doit être prêt à les guider.

***********************
***********************
***********************

To Donate, please support HLLN's work: go to zilibutton

***********************

***********************
***********************

Ericq/ manchette en haut
Ericq Pierre et le plan néolibéral !
(Source: email from Ben Dupuy, Haiti Progres, Wed, May 7, 2008)

Au Senat de la Republique, une commission spéciale a ete chargée d’étudier le dossier du Premier ministre désigné, Ericq Pierre, en vue de sa ratification, le mardi 29 avril. Cette derniere est composée des sénateurs suivants : Michel Clerié (Fusion), Jean Hector Anacacis (Lespwa), Youri Latortue (Laa/Artibonite), Yvon Bissereth (Lavalas), Pierre Ricard OPL), Gabriel Fortuné (Union) et Evalière Beauplan (Pont).

Par ailleurs, les partis politiques représentés à la 48ième législature, ayant participé au gouvernement dirigé par l’ex-Premier ministre Jacques Edouard Alexis, ont promis de soutenir le Premier ministre désigné en vue de sa ratification et celle de son programme de gouvernement. Des discussions ont eu lieu le lundi 28 avril avec le président René Préval au palais national et aussi le mardi 29 en présence du Premier ministre désigné pour dégager une majorité parlementaire visant à former le nouveau gouvernement. Ces partis politiques ayant travaillé ensemble pour ce consensus sont : Alliance, Organisation du peuple en lutte, Lespwa, Fanmi Lavalas, Fusion et Union. Il faut noter aussi ici que le parti Fanmi Lavalas a donné sa bénédiction au Document de stratégie nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSNCRP). Donc, ce parti approuve le plan de la mort (plan néolibéral) revu et corrigé dans le document. Et, en même temps certains groupes de base de ce parti comme « ABA SATAN » se sont époumonés ces derniers mois devant le ministère du Commerce comme symbole, pour dénoncer le plan appliqué par le gouvernement Préval/Alexis. Alors qu’en 1994, le gouvernement du président Aristide avait appliqué la politique du « barrière libre » :

Ouverture du marché, en réduisant à la plus simple expression les taxes douanières, (voir Haïti Progrès vol 26 #7), « Production nationale : démagogie des autorités », approuvé par le président René Préval depuis son premier mandat. Ce n’est pas étonnant que les dirigeants de ce parti inclus l’ex-président Aristide aient donné leur aval au DSNCRP car celui-ci n’est qu’un remake, plus volumineux et détaillé, du « Document de Paris » qui était un ensemble de conditions imposé par l’Empire via les Institutions financières internationales (IFI’s) et accepté par le président Aristide afin qu’il puisse retourner au pays. Il est dit dans le « Document de Paris » préparé par les membres du gouvernement Aristide en exil d’alors comme Lesly Voltaire mais supervisé par qui de droit :

« L’objectif fondamental du gouvernement est de transformer substantiellement la nature de l’Etat haïtien comme condition préalable à un développement durable axé sur la justice sociale et la mise en œuvre d’un ordre démocratique irréversible. Le gouvernement est profondément convaincu de la nécessité de rééquilibrer le pouvoir en le déplaçant de la branche exécutive, là où traditionnellement il a été concentré, pour l’étendre à la société civile et aux gouvernements locaux trop longtemps affaiblis pour fournir un contrepoids effectif à l’empiètement de l’exécutif. La décentralisation à travers les différentes composantes de la société civile (partis politiques, syndicats, coopératives, groupements communautaires) et les gouvernements locaux est l’objectif fondamental de la réforme de l’Etat. Le gouvernement croit aussi qu’un secteur privé actif avec une politique d’ouverture aux investissements étrangers est vital pour la croissance à long terme. Un politique macro-économique structurée, renonçant aux contrôles des devises étrangères, aux contrôles des prix et aux distorsions causées par ces politiques néfastes est l’environnement requis pour l’épanouissement du secteur…… » (1) C’était le point 1 : sorte de mise en contexte du « Document de Paris » qui donne déjà une idée que le DSNCRP n’est pas nouveau comme on le prétend. Ce document indique aussi que la voie néolibérale acceptée par le président Aristide qui avait dès lors rompu avec l’aspect économique : « se grès kochon an ki kwit kochon an » (comptons sur nous-même prioritairement pour développer notre économie) et dès lors avec l’aspect politique « Charlemagne Péraltement » (2) était déjà une façon de renoncer à notre indépendance. Continuons plutôt à citer certains passage du document pour l’édification des lectrices et lecteurs.

Dans le point 3, il a été avancé que « pour renforcer sa crédibilité, le gouvernement doit avancer rapidement avec un important programme de réformes de politiques qui indiquerait son engagement dans un ligne de conduite audacieuse. A cette fin, le gouvernement demandera une mission conjointe FMI/BID/Banque Mondiale dans les premiers jours qui suivent le retour des autorités constitutionnelles, Sitôt après la mission conjointe le gouvernement enverra au directeur exécutif du FMI une lettre d’intention dans les dix jours ouvrables après le départ de la mission du FMI. Il enverra également au Président de la Banque Mondiale une lettre de la politique de développement au plus tard dans les vingt jours ouvrables après le départ de la mission de la Banque. Le paiement des arriérés aux Institutions Financières Internationales représente le premier pas vers la reprise des transactions normales avec ces institutions…. » N’est ce pas une soumission totale ?

Et pour montrer aux institutions financières comment le gouvernement Lavalas a bien su et intériorisé la leçon, il avance au point 13 et 14 respectivement « la Démocratisation du droit de propriété. Le contrôle par l’Etat d’entreprises publiques de production de biens et de services importants pour l’économie s’est avéré une catastrophe au niveau économique et social. Un tel contrôle doublé d’une mauvaise gestion ont entraîné des coûts économiques et financiers très élevés au reste de l’économie. Le contrôle de ces entreprises par l’Etat à cause des opportunités de corruption, a également constitué un problème politique majeur… »

Et pour couper l’herbe sous les pieds des militaires/macoutes au pouvoir, qu’ils ont usurpé à travers le coup d’Etat de septembre 1991, et aussi pour montrer que la direction lavalasienne est plus docile, il est dit « le désir de contrôler l’appareil de l’Etat par des autorités illégitimes n’est pas étranger au désir de s’enrichir rapidement par la mainmise sur les entreprises publiques. La consolidation d’un ordre social réellement démocratique exige que le gouvernement se débarrasse de ces biens ».

Et de continuer « un complet désengagement de l’Etat doit être accompagné par la mise en œuvre d’un cadre réglementaire approprié et d’une législation anti-trust. Le manque de marché financier réduit l’évaluation adéquate des entreprises d’Etat et risque de gêner le processus de transfert. De plus, un tel transfert doit être mis en place à appliquer une concentration excessive de la richesse dans le pays. En conséquence, le transfert de propriété sera effectué en faveur d’une catégorie de propriétaires. Le gouvernement cherchera des investisseurs étrangers, des épargnants dans les catégories professionnelles et des membres de la diaspora haïtienne. De plus, des arrangements doivent être faits pour transférer en fin de compte une partie des possessions de l’Etat aux secteurs de la société traditionnellement exclus, avec une attention toute particulière aux familles des victimes des troubles politiques récents… »

Cette dernière partie n’est que pure démagogie populiste. Ce qui est clair c’est que la direction lavassienne ayant à sa tête le président Aristide, René Préval et les futurs dirigeants de l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL) étaient d’accord pour brader le pays. Nous connaissons la suite : ces dirigeants étaient retournés au pays avec 20.000 hommes de troupes dans les fourgons de l’Empire. Donc, aujourd’hui qu’on en finisse avec la démagogie. Qu’on cesse d’utiliser les organisations de base qui sont anti-néolibérales pour les causes néolibérales et personnelles. « On peut tromper le peuple un certain temps, mais on ne peut le tromper tout le temps ». Alors, aucun étonnement que l’ex président Aristide ait donné son aval à ce plan macabre. Car, comme c’est à ce prix qu’il était rentré en 1994 et étant donné qu’il n’a pas changé, il s’agenouillera encore plus, cette fois devant les Etats Unies, la France, et le Canada. Les vrais occupants !

Et pour finir avec ces quelques partis soulignés dans le « Document de Paris » il est dit toujours au point 14 que « le Gouvernement étudiera des alternatives telles que :

-Une variante du programme de la République Tchèque ;

-Une mobilisation de la Bolivian Capitalization Law ;


-l’utilisation de la Société Financière Internationale (SFI) ; qui conserverait ces actions jusqu’à ce quelles puissent effectivement les transférer aux groupes cibles désignées…
» On comprend mieux aujourd’hui pourquoi au tout début du premier mandat de René Préval il disait qu’il allait adopter le modèle Bolivien. Rappelons que ce modèle avait totalement failli jusqu’à l’arrivée d’Evo Morales au pouvoir et qui est confronté à Washington, qui le déstabilise à travers les vendus locaux de Santa Cruz etc... , pour vouloir tenter pacifiquement de mettre le pays sur les rails. Donc, le président Préval savait ce qu’il disait. Sa « feuille de route » était déjà préparée. Aujourd’hui, il ne fait que la continuer sous d’autres formes avec les autres partis politiques traditionnels.

Selon Victor Benoît, président de la Fusion des sociaux démocrates, ces partis se sont engagés à soumettre aux parlementaires élus sous leur bannière un document d’engagement. Victor Benoît dit croire qu’une majorité de soixante députés sur un total de quatre vingt dix-neuf pourra être dégagée à la chambre des députés où il sera plus difficile, compte tenu de la position anti-néolibérale de la Coalition des parlementaires progressistes (CPP), comptant environ cinquante-trois députés.

Selon le député Chorset Chancy, membre de ce regroupement le Premier ministre désigné, Ericq Pierre, ne recevra pas un chèque en blanc de la chambre des députés s’il arrive à franchir l’étape de sa ratification. A son avis, le CPP qui se veut une force politique au sein de la chambre aura à présenter à Ericq Pierre une «feuille de route» qu’il devra intégrer à son programme, Document de stratégie nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSNCRP). «Moi, je ne pense pas qu’Ericq Pierre est l’homme du moment. Franchement par rapport à la somme de problèmes du pays, je pensais que le président allait choisir un homme de terrain, mieux imbu des réalités quotidiennes. Ericq Pierre est un homme qui a travaillé surtout au niveau international».

Pour le député Levaillant Louis Jeune du même regroupement (CPP), les députés ont analysé le document (DSNCRP) et souhaitent une modification. Toutefois, a-t-il fait remarquer les élus s’attarderont à appliquer à la lettre les prescrits de la Constitution eu égard au dossier de Ericq Pierre qui sera soumis à une commission spéciale de la chambre des députés.

Pourtant le mercredi 29 avril, Ericq Pierre a rendu une visite de courtoisie aux membres de la concertation CPP, histoire de les charmer et de les ramener à une position plus souple et plus conciliante. Ce même jour, une réunion de travail l’a mis en tête-à-tête avec les seize sénateurs tombeurs de Jacques E. Alexis. Des sujets ont été abordés, la crise alimentaire haïtienne, la subvention des prix des produits alimentaires, la réhabilitation des infrastructures et le cuisant problème de la sécurité publique. Selon le sénateur Youri Latortue, le groupe de seize sénateurs exige que le programme du Premier ministre soit bien planifié pour améliorer la vie de la population.

«Il nous a entretenu sur la question alimentaire. Comment il réagira pour la résoudre en continuant à rencontrer les importateurs pour une diminution des prix. Nous lui avons fait part de la rentrée des classes, car les gens n’ont pas les moyens de s’acheter de la nourriture ; qu’ils vont avoir beaucoup de difficultés. La question de transport aussi, et la production nationale qui apportera ses fruits dans six à huit mois. On a vu qu’aucune mesure n’a été prise pour remplacer la Minustah. Et ce problème durera tant qu’on n’arrive pas à dégager comment résoudre la question de la sécurité».

N’est-ce pas étonnant de voir comment le sénateur Latortue est si souple avec Ericq Pierre et était si sévère avec Jacques E. Alexis qui allait appliquer le DSNCRP tout comme Pierre va le faire avec toutes les conséquences que cela produira bien entendu. Donc, il est clair que Latortue avait d’autres objectifs. Son anti-néolibéralisme était de courte durée !

Pour le sénateur Jean Hector Anacacis, le choix du Premier ministre, n’a pas été le fruit d’une large concertation. Le premier sénateur de l’Ouest choisi pour étudier le dossier d’Ericq Pierre dit croire que le président Préval devait étendre les consultations à tous les secteurs de la vie nationale.

Patrick Elie, président de la Commission chargée d’étudier la constitution d’une force de sécurité publique, a ovationné la nomination de Ericq Pierre, qui incarne à son avis «la compétence, l’honnêteté et la militance au sein de l’Association nationale des agronomes haïtiens (ANDAH). L’appartenance du Premier ministre désigné, du moins sa longue carrière au sein de la Banque interaméricaine de développement (BID) constitue un atout pour le pays. »

Patrick Elie fustige les parlementaires qui seraient prêts à faire obstacle au Premier ministre désigné. «Ces dernières années, des gens qui ne comprennent absolument rien, ont accédé au Parlement et profitent du pouvoir excessif que leur accorde la constitution pour bloquer le pays, en mettant des bâtons dans les roues de l’Exécutif, tout en défendant des intérêts mesquins».

Elie dit souhaiter que le Premier ministre devienne le chef d’une équipe de ministres ne pratiquant pas une politique de partis, comme ce fut le cas sous le gouvernement d’Alexis. Nous sommes en partie d’accord avec Patrick Elie concernant la majorité des parlementaires. Ce ne sont que des opportunistes. Mais, ils savent quand ils ne peuvent pas aller trop loin. Jusqu’à preuve du contraire, ils et elles appuient le DSNCRP. Mais, concernant Ericq Pierre, il faut dire qu’Elie est resté sur la forme et ne s’est pas attardé sur le fond. A propos du deuxième aspect il est clair que Mr Pierre est un produit des institutions financières internationales. « La BID où je suis le représentant d’Haïti est une institution prestigieuse … » (Mélodie FM).

Il n’a, au cours de cette interview en aucune façon critiqué la politique de ces institutions qui nous fait vivre le drame auquel nous assistons aujourd’hui. Au contraire il a été d’un cynisme ahurissant en séparant mécaniquement, à dessein, ces institutions : « La BID n’est pas la Banque Mondiale, elle n’a pas la même vocation… » Mais la Banque interaméricaine de développement BID est une filiale de la Banque mondiale, qui s’occupe des Amériques. Et, le Fonds monétaire internationale (FMI) est en quelques sortes leur bras armé. Donc, c’est comme « Dieu en trois personnes », c’est un tout ! Ericq Pierre au cours de l’entretien s’est montré au contraire comme défenseur intraitable de l’impérialiste et de la classe dominante locale : « ce que vous pouvez être sûr c’est que je n’accepterai pas que des gens cassent, détruisent les biens d’autrui etc… » Ça c’est le volet sécuritaire etc…Voilà tout est dit.

Alors, les gens cassent parce qu’ils aiment faire cela. Ils sont peut-être nés comme ça d’après Ericq Pierre. Il est tellement inculquée de la culture capitaliste qu’il ne se rend même pas compte comment il accable les victimes et apprécie leurs bourreaux. Avoir milité au sein de l’ANDAH ne veut plus rien dire. Il est clair aujourd’hui que vu la position anti-néolibéral de l’ANDAH Ericq Pierre n’en fait pas partie. De deux, bon nombre d’individus ont renié ce qu’ils disaient défendre hier. On peut prendre comme exemple : Paul Denis, Claude Roumain, Serges Gilles qui étaient super révolutionnaires aujourd’hui, on voit où ils sont !

Muni de son DSNCRP Ericq Pierre appelle à la concertation pour relever le défi. Bien sûr une concertation incluant le parlement et la «société civile organisée», la bourgeoisie. Le peuple est mis, dans cette sorte de jeu, sur le banc des éliminés. Dans ses propos à l’émission «Invité du jour» de radio Métropole, il a fait remarquer, qu’en dépit de la catastrophe (les émeutes du début du mois d’avril) «le bilan d’Alexis n’est pas pauvre».

C’est donc que Ericq Pierre Premier ministre, à l’instar de son prédécesseur, est sourd, aveugle et insensible aux déboires des masses populaires et paysannes. «Le peuple peut se montrer plus grand que ses problèmes », a-t-il dit, parce que ne vivant pas concrètement ses problèmes. Pour calmer un peu l’ardeur d’un pays devenu, majoritairement, anti-néolibéral, Ericq Pierre présente sa feuille de route comme n’étant pas une bible, alors que le document dénommé DSNCRP est un produit sorti des laboratoires du Fonds monétaire international (FMI).

Ericq Pierre pourra-t-il concilier le réel et l’imaginaire pour faire croire qu’il est porteur d’un programme capable de répondre aux besoins de millions d’hommes, femmes, enfants tenaillés par la faim, la pauvreté et le désespoir ? Le drame dans tout ça, est que même ceux au Parlement qui se disent convaincus que le plan néolibéral est responsable des déboires des masses, s’apprêtent à ratifier Ericq Pierre. «Les programmes préparés par le FMI sont l’une des causes de l’aggravation de la pauvreté dans le monde», a affirmé le sénateur Kelly Bastien qui « s’illusionne » qu’il existe un programme intermédiaire entre le néolibéralisme et le nationalisme. C’est cette même vision que partage le président de la chambre des députés, Pierre Eric Jean Jacques pour qui le Premier ministre désigné est un homme compétent, muni d’un programme capable de lancer le développement national. «Je connais Ericq Pierre depuis longtemps, on a toujours discuté des problèmes de la nation».

Alors, il est clair que tous ces parlementaires et partis politiques seront complices de la prochaine catastrophe et le peuple prendra bonne note pour les élections à venir.


1. «Document de Paris » publié dans le livre de Jean Yves Despinase.
La Pauvreté en Haïti : Contextes historiques et Politiques d’Ajustement Structurel qui vient de paraître.

(2) Charlemagne Péralte : Héros haïtien, chef des Cacos (Guérilla paysanne) qui a combattu les Yankees durant la première occupation (1915-1937), et sera assassiné par l’occupant après avoir été trahi par Jean Baptiste Conzé.
***********************

***********************
***********************


***********************
***********************
"Transformation is only valid if it is carried out with the people, not for them. Liberation is like a childbirth, and a painful one. The person who emerges is a new person: no longer either oppressor or oppressed, but a person in the process of achieving freedom. It is only the oppressed who, by freeing themselves, can free their oppressors."

- Paulo Freire, from Pedagogy of the Oppressed (learn more)

 

campaigns_button
different_button
Barbados Pressed not to engage with Death regime
May 18, 2004
Barbados' Shameless Path-
Pressed Not to Engage Haiti by Dawne Bennett
Caribbean Net News - Barbados Coresspondent
International
Solidarity Day Pictures & Articles
May 18, 2005
Pictures and Articles Witness Project
Ayiti Flag Day
May 18, 2005
Three unarmed Haitians died from Bullets on Haiti's Flag Day
Marguerite Laurent
HLLN
May 19, 2005
Ayiti Flag Day
May 18, 2004
At least 9 demonstrators killed during huge march on Haiti's Flag
Marguerite Laurent
HLLN
May 19, 2004
Ezili Danto Witness Project: Direct form Haiti - Jean's Report on the May 18, 2005 Demonstration
May 18, 2005 Pro-democracy anti-occupation demonstrations flare across Haiti
Haiti Progrè, This Week In Haiti
May 25 - 31, 2005
Vol. 23, No. 11
UG group solid with Haiti
Thursday,
May 19th 2005
Stabroeknews.com
Haiti Occupation and Solidarity
by Jean St.Vil
Zmag.com
May 16, 2005
Paper Tiger, Rising Dragon
China's Deployment in Haiti Treads in Familiar Footsteps
by Pranjal Tiwari
May 19, 2005
 
 
 
 
HOME    
Ezilidanto | Writings | Performances | Bio | Workshops | Contact Us | Guests | Law | Merchandise
2003 Marguerite Laurent