ezili_sm_button
writings_sm_button
perform_sm_button
bio_sm_button
workshops_sm_button
contactus_sm_button
guest_bu_button
law_sm_button
merchan_bu_button
  ezilidanto@margueritelaurent.com  
BACK

ANC and Haiti

*

ANC has stern words about Haiti
Cape Town, South Africa
13 May 2005

South Africa's ruling African National Congress on Friday called on South Africans to support the people of Haiti in campaigning for the return of stability, the rule of law and democracy to the Caribbean state.

It has also called for the charging or release of a former Haitian prime minister from prison.

In an article in its weekly online journal, ANC Today, the ANC said: "As the situation of Haiti's poor worsens daily, South Africans are called upon to join others around the world in campaigning for a return to constitutionality, stability and political freedom in Haiti."

It said Haiti has been in a state of crisis since an armed rebellion forced democratically elected president Jean-Bertrand Aristide out of office and into exile in February last year. He and his family are now guests of the South African government.

The ANC said the United Nations needs to lead an international effort, with the involvement of regional bodies such as the Caribbean Community, "to ensure the interim government ends the political persecution of members and supporters of Aristide's Lavalas party, releases all political prisoners, ends all illegal arrests and summary executions, and ensures the disarmament of all illegally armed groups and individuals".

The ANC expressed "grave concern" at the condition of former prime minister Yvon Neptune, who has been on a hunger strike in a Haitian prison since mid-April.
"Neptune has been in prison since June last year without having been brought to court -- despite a constitutional requirement of a hearing within 48 hours of arrest.
"As an immediate step, the interim government must either formally charge or release Yvon Neptune and other political prisoners."

The ANC said Haiti's constitutional order "must be restored, which should include the creation of conditions for the return of all exiles, including [former] president Aristide, and the organisation of free, peaceful and fair democratic elections".
The party said: "Despite the deployment of a UN 'stabilisation mission', there has been widespread violence and instability since the overthrow of Haiti's constitutional government.

"Members of the Aristide government, MPs and members and supporters of Aristide's Lavalas party have been arrested and are being held without formal changes being laid against them.

"It is estimated there are currently more than 1 000 political prisoners being held illegally in Haiti's jails.

"Urgent steps need to be taken to end the brutalisation of Haiti's population and open the way for a meaningful national dialogue towards the restoration of the country's constitutional order." -- I-Net Bridge

***

S. Africa's ANC seeks Aristide return to Haiti
by Manoah Esipisu | May 13, 2004

 

JOHANNESBURG (Reuters) - South Africa's ruling ANC party intensified its campaign on Friday for the return to Haiti of ousted President Jean-Bertrand Aristide as part of a drive to restore order and end bloodshed in the Caribbean country.

Aristide was forced to leave Haiti 14 months ago in the face of an armed rebellion and pressure from Washington and Paris, and now lives in exile in South Africa.

He says his expulsion amounted to a coup and failed to bring peace to his country of 8 million people, the poorest country in the Americas.

"The constitutional order must be restored, which should include the creation of conditions for the return of all exiles, including President Aristide, and the organisation of free, peaceful and fair democratic elections," the African National Congress (ANC) said in its weekly newsletter.

In a scathing commentary on events in Haiti, the ANC urged the United Nations to work with regional groups like the Caribbean Community (Caricom) to end what it said was the persecution of members of Aristide's Lavalas party, illegal arrests and summary executions.
"Urgent steps need to be taken to end the brutalisation of Haiti's population and open the way for a meaningful national dialogue towards the restoration of the country's constitutional order," the ANC said.

SILENCING THE HAITIAN PEOPLE

"Yet this cannot happen while the remnants of Haiti's military past are allowed by the international community to continue with their programme to silence the voices of the Haitian people," it said of the Haiti administration.

The ANC demanded that former Prime Minister Yvon Neptune be released or charged and said he had been on a hunger strike since last month. Neptune has been in detention without trial since last June although Haiti's laws require a court hearing within 48 hours of an arrest, it said.

U.N. Security Council envoys made a four-day visit to Haiti last month at a time of violence in the streets of the capital Port-au-Prince. The ambassadors expressed concern about the deep divisions among Haiti's numerous political parties ahead of elections planned for November.

Aristide, at a rare news conference last month, demanded his restoration as Haiti's leader and a national dialogue to pave the way for free and fair elections. He accused the United States, France and others he blames for his ouster of instigating bloodshed in Haiti and of pursuing a racist agenda.

Three days ago Haiti's supreme court overturned convictions of military leaders for a 1994 massacre of slum residents in Gonaives, reversing what human rights groups considered a victory for Haiti's foundering justice system.

The "Raboteau" trial centred on a dawn attack by gunmen on a pro-Aristide slum on April 22, 1994, at a time when Aristide supporters were routinely jailed or killed.

*******
Forwarded by the Haitian Lawyers' Leadership Network
******
"Men anpil chay pa lou" is Kreyol for - "Many hands make light a heavy load."

Join our International Solidarity Day with Haiti for May 18, 2005 and be on
the ground floor to help launch the FREE HAITI MOVEMENT For info and list of
current sponsors, see:
http://www.margueritelaurent.com/photogallery/haitisolidarityday.html

Kreyol Speakers: Keep up to date by listening to - al tande nouvel e entèvyou
an Kreyol lan: http://www.lakounewyork.com/koute.htm
*******************


***************


Haïti le 2mai 2008
Lettre ouverte au Chef de l’Etat Haitien Son Excellence M. René Garcia Préval
Fanmi Lavalas dit OUI à toute ouverture,
MAIS !!
!

Excellence M. le Chef d’Etat,

A l’occasion de la 21ème année de la Constitution du 29 mars 1987, nous avions adressé une lettre ouverte au Président du Sénat le Dr Kelly C. Bastien, dans laquelle nous dénoncions la violation flagrante et persistante de la Constitution face à l’embarquement forcé et le maintien contre son gré, en exil, du Président Jean Bertrand Aristide, Leader politique haïtien et Représentant National de Fanmi Lavalas.

Nous avions dénoncé cet exil forcé comme étant la nudité du droit. Un droit dépouillé de son essence fondamentale, la liberté de l’Homme. Par notre voix, Fanmi Lavalas a réclamé une Commission d’Enquête Parlementaire qui devrait se pencher sur l’embarquement forcé d’un Chef d’Etat hors de son Pays, sur les exécutions sommaires de plusieurs milliers de nos compatriotes ainsi que sur les arrestations arbitraires, suivies de détentions illégales prolongées, contrairement aux prescrits constitutionnels, tout ceci découlant de ce coup de force.

Nous y avons mis en exergue le silence complice de tous les responsables de ce Pays, Vous inclus, face à l’exil d’un Chef d’Etat en fonction, contraint de laisser sa Patrie sous pression de forces étrangères obscures. Un mutisme exaspérant et frustrant malgré les nombreuses manifestations populaires, réclamant son retour et traduisant un malaise évident au sein de notre société.

Excellence, de par sa muette réponse, nous avons malheureusement déduit que le Sénateur Kelly Bastien a refusé de faire siens les judicieux conseils de feu le Président John Fritz Gérald Kennedy de « ne jamais sacrifier ses convictions politiques pour être dans l’air du temps ». Un air du temps prédateur, nocif à tout changement réel en faveur de ce Peuple opprimé, faisant continuellement face à cette rancune plus que séculaire contre la seule révolution Noire du monde.

Toutefois, dans votre discours du 9 avril 2008, où vous aviez compris la nécessité d’engager la Nation sur la voie salutaire de la production nationale, dans la droite ligne du self-reliance, tracée par le Père Fondateur Jean-Jacques Dessalines, vous avez reconnu la nécessité non moins importante d’ouvrir votre Gouvernement à une plus large participation, faisant allusion sans nul doute à l’Organisation Fanmi Lavalas, qui en était exclue malgré sa grande contribution à votre accession au Pouvoir le 7 février 2006.

Mais, Excellence, malgre ke n toujou a p koud matla demokrasi a pou zòt jwi’l, pandan n kouche atè, Fanmi Lavalas continue à transcender tout en nous interrogeant sur votre volonté réelle d’intégrer cette frange importante et majoritaire de la population à la chose publique. Car, notre participation à ce nouveau Gouvernement se trouve conditionnée par les réponses apportées à ces brulantes interrogations.

Primo, le nouveau Premier Ministre désigné a-t-il inséré dans son agenda le calendrier du retour du Représentant National de Fanmi Lavalas, le Dr Jean Bertrand Aristide de son exil d’Afrique du Sud ? Va-t-il bouder et mépriser comme son prédécesseur la voix de ce peuple réclamant le retour de son Leader ?

L’autre disait bien que la reconnaissance en politique est une lâcheté, mais nous, nous nous plaisons à répéter avec le Représentant National qu’elle est plutôt la mémoire du cœur. Il ne serait donc pas lâche, comme semble se comporter le Dr Bastien, (timoré sans doute de la réaction probable de puissants secteurs de l’Internationale), de mettre en branle le processus du retour du Président Jean-Bertrand Aristide. L’histoire retiendra ce geste, synonyme d’un divorce clair et net avec cette pratique anti-démocratique de renverser un Pouvoir établi démocratiquement et constitutionnellement et surtout assuré d’un appui populaire indéfectible. Malgré l’insatisfaction quasi générale des Français à l’égard du Président Nicholas Sarkozy et son impopularité criante, on n’a pas vu les citoyens français réclamer sa démission à coups de diffamations planifiées dans de hautes sphères obscures, de subversions armées et de tentatives grossières d’assassinat politique, physique et moral.

Secundo, plus d’une fois, le Représentant National a exprimé sa volonté et son noble désir de faire bénéficier notre jeunesse, assoiffée de connaissances, de son savoir académique universitaire, acquis au sein des plus grandes universités du monde.

Malheureusement, au lendemain du coup d’Etat du 29 février 2004, l’Université (UNIFAD) dont il est le Fondateur, se trouve transformée en caserne, nous rappelant le comportement irresponsable et cynique des Présidents Pétion et Boyer, préférant fermer le peu d’écoles existant dans notre Jeune Nation pour ouvrir en lieu et place des casernes afin d’assurer et pérenniser leur pouvoir obscurantiste, féodal, élitiste et non progressiste.

Alors, Fanmi Lavalas attend-elle avec impatience la remise des clefs de cette Université à la Fondation Aristide pour la Démocratie. Ce serait alors un signe évident de votre volonté de vous départir de ces pratiques obscures et de vouloir réellement permettre au Dr Jean-Bertrand Aristide de contribuer à la formation universitaire de notre Jeunesse.

Tercio, Fanmi Lavalas, Organisation politique drainant les revendications sociales d’une frange majoritaire de la Population Haïtienne, s’interroge, perplexe, sur votre volonté réelle ou du moins votre capacité effective de rompre politiquement avec les pratiques traditionnelles, en ouvrant l’espace démocratique à la participation populaire et aux classes sociales marginalisées ; de rompre économiquement, en mettant en cause un modèle d’État nourrisseur, mais nourrisseur d’une minorité dont il était le principal pourvoyeur de fonds, de contrats et de privilèges fiscaux ; ce, tout en reconnaissant la rigueur appliquée, ces jours-ci , au niveau de l’administration des Douanes ; de rompre socialement, en faisant des politiques de développement le cœur de l’action publique et non pas un analgésique contre les effets de la « seule politique possible », comme semblent le préconiser le DSNCRP et les programmes d’apaisement social inefficacement et « démagogiquement » utilisés par l’équipe sortante, en mal d’inspiration.

Votre volonté de promouvoir la production agricole trouve un écho favorable au sein de l’Organisation mais est-elle compatible avec les intérêts de ceux-là qui nous ont imposé, depuis plus de vingt ans, une dictature du marché, nous réduisant à une société exclusivement de consommation et non productrice, et à un état de mendicité permanent bien illustré dans le DSNCRP, mentionné plus haut?

Toutefois, ouverte à la modernité, Fanmi Lavalas ne souffre nullement d’autarcie, ni de phobie néolibérale mais reste sceptique face à l’ardeur des grandes Institutions Financières Internationales à vouloir à tout prix une croissance, en appliquant une politique macro-économique anti sociale, inappropriée aux réalités nationales et souvent prédatrice des intérêts sociaux du peuple profond, s’activant plutôt à institutionnaliser la misère et la cherté de la vie au profit d’un libéralisme sauvage et inhumain.

Ce fameux document stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté cadre-t-il réellement avec la réalité nationale que nous vivons ? S’adapte-t-il avec nos mœurs et notre culture sociopolitique ? Ne vise-t-il surtout pas à renforcer notre dépendance de l’aide externe, raffermissant notre statut d’éternel assisté ? Ne va-t-il pas plutôt brader votre volonté d’aboutir à une autosuffisance alimentaire, objectif non utopique et hautement réalisable ? Ne serait-il pas la voie préparatoire à cette mise sous tutelle politique et physique dont rêvent les éternels pourfendeurs de cette Nation insolente ?

Vous savez aussi bien que nous, Excellence, que souvent la relation entre croissance économique et revenu des pauvres n'est pas aussi évidente que ce que les auteurs veulent faire paraître. La manière dont les pauvres - ou même la majorité de la population - accèdent aux gains de la croissance économique peut varier considérablement dans le temps, en fonction des changements des politiques économiques menées.

Il apparaît beaucoup de cas dans lesquels les pauvres et la majorité de la population ont été laissés hors du champ des bénéfices de cette ère de globalisation - même quand le revenu moyen par tête a augmenté dans le pays dans lequel ils vivent.

C’est ce qui explique d’ailleurs les grands débats actuels qui se font dans le monde sur la corrélation n’existant pas forcément entre croissance économique et réduction de la pauvreté et, en ce qui nous concerne, nos inquiétudes et nos questionnements par rapport à la politique générale de votre prochain Chef de Gouvernement.

Quarto, et non des moindres, Fanmi Lavalas vous rappelle, Excellence, que le Dr Jean-Bertrand Aristide, élu Représentant National, lors d’un Congrès tenu selon la Charte de l’Organisation, est investi de la confiance des membres de Fanmi Lavalas et en foi de quoi, il reste et demeure le seul interlocuteur en vue de toute négociation.

A l’instar du Peuple Tibétain, profondément attaché au Dalaï Lama exilé en Inde, et à ses principes directeurs, Fanmi Lavalas en profite pour vous signifier clairement, M. le Président, son respect des normes directrices de l’Organisation et sa volonté de respecter toute décision prise par le Représentant National, se trouvant, malgré lui, en exil, en Afrique du Sud. Heureusement que les merveilles de la technologie de l’Information ont permis l’amenuisement des frontières tant dans l’espace temporel que physique. Alors, comprenez, Excellence, que Fanmi Lavalas ne cautionnera, ni entérinera aucune décision prise à l’insu du Représentant National, au mépris des principes de l’Organisation et appelée plutôt à semer de la confusion.

In fine, considérant la volonté sans cesse manifeste de plusieurs milliers de nos concitoyens en faveur du retour d’un exil contraint et inconstitutionnel du Représentant National Jean-Bertrand Aristide et de son désir de venir contribuer à la formation universitaire de notre jeunesse avide de savoir ; considérant que la plupart des victimes de la cherté de la vie, de l’explosion du chômage et de l’inflation sont pour la plupart des membres ou sympathisants de notre Organisation ; considérant l’appui massif des membres de Fanmi Lavalas à votre élection et à celle de des élus parlementaires issus de votre regroupement politique Lespwa, ce malgré son exclusion malhonnête du Gouvernement sortant ; sans vouloir jouer le rôle de tampon et de figurante et tout en ne faisant de cette participation une obsession ou un objectif primordial, l’Organisation Politique, par l’entremise de son Représentant National, le Dr Jean-Bertrand Aristide, reste ouverte à toute négociation participative, une fois les interrogations soulevées trouvent un écho favorable et concret de la part de vous, Excellence M. René Garcia Préval.

Recevez, Monsieur le Chef d’Etat, au nom de Fanmi Lavalas et nous référant à votre passé de combattant pour la démocratie participative, nos salutations distinguées en la Patrie Commune.
_______________________________________________
Dr Renan Armstrong Charlot
Responsable de la Commission de Communication
De Fanmi Lavalas

Vu et soutenu par :
1. Dr Philippe Desravines
2. Ing Sully François
3. Dr Louis Gérald Gilles
4. Madame Rosenie Gustave
5. Dr Schiller Louidor
6. Dr Frantz M. Pierre
7. Dr Alvarez Jean-Louis
8. Ingénieur Marc Alexis Jean Louis
9. Maitre Ismael Gilles
10. Dr Jean Daniel P. Exume
11. Dr Marie Bernadette Janvier
12. Maitre Vrigneaud F. Briere
13. Professeur Yves Desjardins
14. Maitre Marcelle Abraham Gilles
15. Ing. Marie Gabrielle Gilles
16. Maitre Bertrand H. Gilles
17. Dr Valery Bernadel
18. Dr Paul Jean-Louis
19. M. Milord Jean Noel
20. Professeur Jean Francois Vernat
21. Dr Rubens C. Francois
22. Dr Kelly D. Pierre
23. Mme Kimberly Simeon
24. Agronome Lafortune Saint-Louis
25. Dr Aldor Anglade
26. Ing. Vladimir P. Anglade
27. Ing Mathieu Jean-Philippe
28. Dr Carile Jean-Jacques
29. Le Centre Idéologique Lavalas

***************

Port-au-Prince le 27 mars 2008
Lettre ouverte au Président de l’Assemblée Nationale :
Dr Kelly C. Bastien
NON à l’hypocrisie et à la nudité du Droit !!!


Honorable Président de l’Assemblée Nationale,

Déjà plus de vingt ans que le Peuple haïtien, massivement et dans une euphorie quasi générale, a été voter une nouvelle Constitution devant régir son mode de vie sociale et politique. Cette ratification massive du 29 mars 1987 a conféré à cette Constitution une autorité, une sympathie, une popularité, marquant une rupture avec le passé ; et ce fut pour la première fois dans son histoire de peuple opprimé et exclu que la grande majorité avait son mot à dire et où la minorité s’y pliait.

Certes, une Constitution conçue dans un contexte particulier de grande émotivité, de passion collective qui lui a valu certaines faiblesses, nécessitant un véritable amendement, plus adapté à la conjoncture sociale.

Mais tant que nous sommes sous son égide, tant que nous ne nous résolvons à l’amender ou l’abolir par une nouvelle Charte, elle doit s’imposer dans toute son intégralité, malgré ses imperfections, ses imprécisions, certaines de ses dispositions inadaptées, impossibles d’application à la réalité que nous vivons, à l’évolution du temps et même à notre culture politique.

Honorable Président, la décision du Parlement de radier de son Corps ces fils d’haïtiens, coupables d’usurpation, d’imposture, de fourberie et sanctionnés par l’article 15 de notre Loi mère témoigne de la ferme volonté de cette Institution de la faire respecter en attendant son amendement devant permettre à nos compatriotes de l’extérieur de jouir pleinement de leur droits civiques et politiques.

En effet, nous avons repris confiance en un Etat où souvent les forces d’argent réussissent à acheter les consciences et à piétiner le mot du Droit. Ces forces, qui s’enorgueillissent toujours d’avoir fait fortune dans ce Pays, souvent au détriment de nos enfants ou de la Population en général- exploitant leur situation calamiteuse - n’ont pas réussi à imposer leur loi comme elles l’ont fait le 30 septembre 1991 et le 29 février 2004, deux dates tristement célèbres dans notre histoire de Peuple et de sa lutte pour le triomphe de la démocratie. Alors, comprenez pourquoi nous nous permettons d’espérer que vous allez nous entendre, comprendre et donner suite à notre requête.

Honorable Sénateur, tout ceci nous convainc donc que la Constitution ne saurait être considérée comme un bazar ni une épicerie où l’on puisse se permettre d’acheter ce qu’on veut et refuser ce qu’on ne souhaite. Nous avons vivement applaudi le travail impartial et rigoureux, réalisé par la Commission d’enquête sénatoriale sur le dossier de la double nationalité et nous nous permettons de croire que vous allez finalement entendre la voix de cette frange majoritaire de la population qui a grandement contribué à l’ascension au pouvoir, au cours des dernières élections, de la Plateforme Politique Lespwa dont vous êtes issu. Cette frange importante de la population qui manifeste régulièrement et par plusieurs milliers et qui réclame le respect total de la Constitution, comme par exemple le respect des articles 41, 134.1, en ce qui nous concerne.

Honorable Président, combien serions-nous heureux de constater la mise sur pied d’une Commission d’enquête sur les événements malheureux qui ont conduit à l’embarquement forcé d’un Chef d’Etat hors de son Pays, aux exécutions sommaires de plusieurs milliers de nos compatriotes ainsi qu’à des arrestations arbitraires, suivies de détentions illégales prolongées, contrairement aux prescrits constitutionnels.

Il est malheureux de constater le silence complice du Parlement malgré les nombreuses manifestations populaires des membres de Fanmi Lavalas réclamant le retour de leur leader le Dr Jean Bertrand Aristide. Le Président de la République se tait, le Chef du Gouvernement en fait autant, le Président de la Cour de Cassation n’en pipe mot et le Président de l’Assemblée Nationale : motus et bouche cousue, à l’instar des Chefs de Partis Politiques. Un silence complice qui nous rappelle celui de nos élites politiques et économiques au lendemain du parricide du Pont-Rouge. Rappelez-vous, Honorable, qu’après la mort de Jean Jacques Dessalines, ils se sont tus, ils ont imposé un silence de cimetière tant au sens étymologique que métaphorique au Peuple qui pleurait la mort du Père Fondateur.

Honorable Confrère, notre formation universitaire commune nous permet de comprendre que ces manifestations populaires sont les signes et symptômes couvant un malaise profond qu’il vaut mieux prévenir.

En raison de ce malaise profond et de cette nécessité de prévention indispensable à la normalité constitutionnelle et de la vie politique, réclamons-nous cette Commission sénatoriale d’enquête, se mettant à l’écoute de cette frange importante de la population et permettant ainsi le retour du Chef de Parti, le Représentant National de Fanmi Lavalas : le Dr Jean Bertrand Aristide. L’Abbé Pierre reconnaît que si dans une société, les lois telles qu’elles sont faites ne permettent pas d’avoir une vie normale, la Loi est devenue illégale et le chaos et l’arbitraire finissent par triompher.

Honorable Président, nous sommes certain que le temps n’a pas su affaiblir, ni ramollir cette ferme conviction dont vous saviez faire montre, lorsque universitaires, nous luttions ensemble à la Faculté de Médecine, en faveur d’un Etat de Droit. Notre Génération nous regarde, vous regarde et nous sommes convaincu que vous allez vous comporter en Homme d’Etat à l’écoute d’une population assoiffée de justice et du respect des règles démocratiques.

Nous sommes tout aussi certain que vous n’êtes pas non plus animé de l’hypocrisie, de la mauvaise foi d’une partie de la classe politique traditionnelle, de l’égocentrisme de certains compatriotes dont le seul but demeure la mise au rancart du Représentant National de Fanmi Lavalas, son élimination politique sur la scène, obsédés qu’ils sont par leur rage de détruire le Mythe Aristidien, aussi bien que cette relation d’amour entre un homme et son Peuple. Un homme symbolisant l’espoir de tout un Peuple qui résiste et se bat pour le respect de son droit fondamental de choisir ses dirigeants et de participer à la chose publique. En témoigne sa réaction spontanée et de saine colère quand on a voulu piétiner son droit de vote lors des dernières élections de 2006, dont vous êtes issu, au risque de nous répéter.

Honorable Président, l’illustre Victor Hugo, dans les Chants du Crépuscule, eut à s’écrier « Oh ! N’exilons personne ! L’exil est impie !! ». Et comme, au sein de l’Organisation, on se plaît à répéter encore Hugo : «L’exil est la nudité du Droit », nous affirmons que c’est la négation du droit de choisir son dirigeant politique et de vivre librement dans son Pays natal.

La Formation politique à laquelle nous appartenons, Fanmi Lavalas, a choisi le Dr Jean Bertrand Aristide pour la diriger et nous voulons comme tous les autres Partis politiques qu’il exerce librement sur sa Terre Natale ses droits civiques et politiques en vertu de la Constitution dont nous fêtons la 21ème année d’existence. Haïti a aussi besoin de ses connaissances académiques, de son cerveau désireux et assoiffé de se mettre au service de la Nation.

Rappelez vous, Honorable Président, que ce qui constitue une Nation, ce n'est pas seulement les faits de parler la même langue ni d'appartenir à un groupe ethnographique commun, pour répéter Ernst Renan, c'est d'avoir fait ensemble de grandes choses dans le passé et de vouloir en faire encore dans l'avenir. Nous croyons bien que notre génération, qui se veut être celle de la rupture, a fait de bien bonnes choses dans le passé et qu’aujourd’hui nous avons la possibilité de faire de grandes dans un avenir proche : démontrer à toutes les Nations qui se disent démocratiques, notre foi en la Démocratie en contribuant au respect des principes fondamentaux, retrouvés dans notre Constitution et dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Ainsi dirions-nous NON !!! à l’hypocrisie et à la nudité du droit. Le droit dépouillé de son essence fondamentale : la liberté de l’homme.

Recevez, Honorable Président et Confrère, l’assurance de nos considérations distinguées, tout en espérant que vous donniez une suite favorable à notre requête, en ce mois consacré à notre Constitution du 29 mars 1987.

_________________________________
Dr Renan Armstrong Charlot
Responsable de la Commission de
Communication de Fanmi Lavalas .

Vu et approuvé par :
1. Maitre Ernst Jean-Louis
2. Madame Chimène Sylvestre
3. Dr Louis Gérald Gilles
4. Madame Rosenie Gustave
5. Dr Frantz M. Pierre
6. Ingenieur Marc Alexis Jean Louis
7. Maitre Ismael Gilles
8. Dr Jean Daniel P. Exume
9. Dr Marie Bernadette Janvier
10. Maitre Vrigneaud F. Briere
11. Dr Schiller Louidor
12. Professeur Yves Desjardins
13. Maitre Marcel Abraham
14. Ing. Marie Gabrielle Gilles
15. M. Milord Jean Noel
16. Professeur Jean Francois Vernat
17. Dr Rubens C. Francois
18. Dr Kelly D. Pierre
19. Mme Kimberly Simeon
20. Agronome Lafortune Saint-Louis
21. Dr Stephanie Aupont
22. Dr Aldor Anglade

 

campaigns_button
different_button
_______________
Yvon Neptune's
Letter From Jail
Pacot
-
April 20, 2005

(Kreyol & English)
_______________
_______________
Emmanuel "Dread" Wilme speaks:
Radio Lakou New York, April 4, 2005 interview with Emmanuel "Dread" Wilme
_______________

_______________
The
Crucifiction of
Emmanuel "Dread" Wilme,
a historical
perspective

_______________
Urgent Action:
Demand a Stop
to the Killings
in Cite Soleil

*
Sample letters &
Contact info

_______________
_______________
Denounce Canada's role in Haiti: Canadian officials Contact Infomation
_______________

Urge the Caribbean Community to stand firm in not recognizing the illegal Latortue regime:

Selected CARICOM Contacts
Key
CARICOM
Email
Addresses
zilibutton Slide Show at the July 27, 2004 Haiti Forum Press Conference during the DNC in Boston honoring those who stand firm for Haiti and democracy; those who tell the truth about Haiti; Presenting the Haiti Resolution, and; remembering Haiti's revolutionary legacy in 2004 and all those who have lost life or liberty fighting against the Feb. 29, 2004 Coup d'etat and its consequences
     
 
BACK
Ezilidanto Writings| Performances | Bio | Workshops | Contact Us | Guests |law_sm_button | Merchandise
2003 Marguerite Laurent