ezili_sm_button
writings_sm_button
perform_sm_button
bio_sm_button
workshops_sm_button
contactus_sm_button
guest_bu_button
law_sm_button
merchan_bu_button
  ezilidanto@margueritelaurent.com  
BACK
 
 

DEFAMED (Pg. 3)
**************
*
*
*************

(See also: Vaccinate Haiti? No - Stop using Haiti as a human laboratory and Defamed! --Page 1, - Page 2, Pg. 3, Pg. 4, Pg. 5 and, Pg. 6 )
**************

Guerre Psychologique ou guerre biologique?
**************
'The Geography of blame' - Haiti, AIDS and Racism in the Mainstream in the Media
*
*********
Haitians Didn't take this Bitter Pill in 1990, Won't take it in 2007: HIV/AIDS Origin n Haiti
************
En Memoires Des Arawaks et Tainos D'Haiti
*
***********
HIV's path out of Africa: Haiti, the US then the world

**************

Racism Masquerades as Science by Jafrikayiti, Nov. 1, 2007

(Defamed Pg. 1)
**************
AIDS and Accusations: Haiti and the Geography of Blame
**************
The River by Edward Hooper
**************

Dessalines Is Rising!!
Ayisyen: You Are Not Alone!



 

The Two Most Common Storylines about Haiti and Haitians ********************
Media Lies and Real Haiti News
********************
U.S. Patterns in Haiti
**************

 
Jean Jacques Dessalines

 






To subscribe, write to erzilidanto@yahoo.com
campaigns_button
different_button
zilibuttonCarnegie Hall
Video Clip
No other national
group in the world
sends more money
than Haitians living
in the Diaspora
Red Sea- audio

The Red Sea


Ezili Dantò's master Haitian dance class (Video clip)

zilibuttonEzili's Dantò's
Haitian & West African Dance Troop
Clip one - Clip two


So Much Like Here- Jazzoetry CD audio clip

Ezili Danto's

Witnessing
to Self

zilibutton
Update on
Site Soley

RBM Video Reel

Haitian
immigrants
Angry with
Boat sinking
A group of Haitian migrants arrive in a bus after being repatriated from the nearby Turks and Caicos Islands, in Cap-Haitien, northern Haiti, Thursday, May 10, 2007. They were part of the survivors of a sailing vessel crowded with Haitian migrants that overturned Friday, May 4 in moonlit waters a half-mile from shore in shark-infested waters. Haitian migrants claim a Turks and Caicos naval vessel rammed their crowded sailboat twice before it capsized. (AP Photo/Ariana Cubillos)

Dessalines' Law
and Ideals

Breaking Sea Chains


Little Girl
in the Yellow
Sunday Dress

Anba Dlo, Nan Ginen
Ezili Danto's Art-With-The-Ancestors Workshops - See, Red, Black & Moonlight series or Haitian-West African

Clip one -Clip two
ance performance
zilibutton In a series of articles written for the October 17, 2006 bicentennial commemoration of the life and works of Dessalines, I wrote for HLLN that: "Haiti's liberator and founding father, General Jean Jacques Dessalines, said, "I Want the Assets of the Country to be Equitably Divided" and for that he was assassinated by the Mullato sons of France. That was the first coup d'etat, the Haitian holocaust - organized exclusion of the masses, misery, poverty and the impunity of the economic elite - continues (with Feb. 29, 2004 marking the 33rd coup d'etat). Haiti's peoples continue to resist the return of despots, tyrants and enslavers who wage war on the poor majority and Black, contain-them-in poverty through neocolonialism' debts, "free trade" and foreign "investments." These neocolonial tyrants refuse to allow an equitable division of wealth, excluding the majority in Haiti from sharing in the country's wealth and assets." (See also, Kanga Mundele: Our mission to live free or die trying, Another Haitian Independence Day under occupation; The Legacy of Impunity of One Sector-Who killed Dessalines?; The Legacy of Impunity:The Neoconlonialist inciting political instability is the problem. Haiti is underdeveloped in crime, corruption, violence, compared to other nations, all, by Marguerite 'Ezili Dantò' Laurent
     
No other national group in the world sends more money than Haitians living in the Diaspora
 
 
 
 
 







 

In memory of the Arawaks and Tainos of Haiti, the Island's name is Haiti, not Hispaniola as the newscasters insist, Columbus's sailors brought syphilis to the Island and decimated the Amerindians population, not the converse...

********
"... In the sixteenth century, Europeans insisted that syphilis originated n Haiti, and was brought back by Columbus' sailors. (the converse now appears to have been the case.)"Excerpted from: The Uses of Haiti (1994, updated 2005) --by Paul Farmer

********
Key HIV strain 'came from Haiti' | BBC News
http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/7068574.stm

********
AIDS and Accusations: Haiti and the Geography of Blame by Paul Farmer
********
Editorial - Occupied Haiti To be Vaccinated!
Franklin Ellis, Nov. 11, 2007,
Fanmi Lavalas Emission
(Mp3 - 12:41| in French)

(See also: Vaccinate Haiti? No - Stop using Haiti as a human laboratory and Defamed! -Page 1, - Page 2, Pg. 3, Pg. 4 and, Pg. 5)

University of Arizona Worobey Report
See: HIV's path out of Africa: Haiti, the US then the world
,
Public release date: 25-Oct-2007
Contact: Mari N. Jensen
mnjensen@email.arizona.edu
520-626-9635
University of Arizona
Contact: Michael Worobey
520-626-3456
worobey@email.arizona.edu

*****

Public release date: 25-Oct-2007

Contact: Mari N. Jensen
mnjensen@email.arizona.edu
520-626-9635
University of Arizona

HIV's path out of Africa: Haiti, the US then the world


http://www.eurekalert.org/
pub_releases/2007-10/uoa-hpo102507.php


Two hypothetical family trees for HIV/AIDS. Research by Michael Worobey of The University of Arizona and his colleagues has shown that HIV went from Africa to Haiti and then to the U.S. (the family tree on the left.) Credit: Michael Worobey, The University of Arizona. This graphic may only be used in conjunction with a news story about the study described in this news release.

The AIDS virus entered the United States via Haiti, probably arriving in just one person in about 1969, earlier than previously believed, according to new research.

After the virus, HIV-1, entered the U.S., it flourished and spread worldwide.
"Our results show that the strain of virus that spawned the U.S. AIDS epidemic probably arrived in or around 1969. That is earlier than a lot of people had imagined," said senior author Michael Worobey.

The research is the first to definitively pinpoint when and from where HIV-1 entered the United States and shows that most HIV/AIDS viruses in the U.S. descended from a single common ancestor. The actual ancestral HIV entered the U.S. long before the storied "Patient Zero," Worobey said.

"Haiti was the stepping stone the virus took when it left central Africa and started its sweep around the world," said Worobey, an assistant professor of ecology and evolutionary biology at The University of Arizona in Tucson. "Once the virus got to the U.S., then it just moved explosively around the world."

The strain that migrated to the U.S. in 1969, HIV-1 group M subtype B, is the first human immunodeficiency virus discovered. It is the dominant strain of the AIDS virus in most countries outside sub-Saharan Africa. Almost all the viruses in those countries descended from the one that emerged from Haiti, he said.

Worobey and his colleagues figured out when HIV reached the U.S. by conducting genetic analyses of archived blood samples from early AIDS patients.
Learning more about the genetic make-up of the various strains of HIV could help vaccine development, Worobey said.

The scientists' research paper, "The emergence of HIV/AIDS in the Americas and beyond," is scheduled for publication in the online Early Online edition of the Proceedings of the National Academy of Sciences the week of October 29.

Worobey's co-authors are M. Thomas P. Gilbert of the University of Copenhagen in Denmark; Andrew Rambaut of the University of Edinburgh in Scotland; Gabriela Wlasiuk of the UA; Thomas J. Spira of the Centers for Disease Control and Prevention in Atlanta, Ga.; and Arthur E. Pitchenik of the University of Miami in Fla. The National Institutes of Health, the David and Lucile Packard Foundation and a University Research Fellowship from The Royal Society funded the research.

Figuring out which path HIV/AIDS took as it began its world travels and when it moved from one country to another has long been a topic of scientific investigation and debate.

Worobey and his colleagues tackled the problem by using archived blood samples from AIDS patients to construct genetic family trees for HIV.

The team analyzed blood from five of the first AIDS patients identified in the U.S., all of whom were recent immigrants from Haiti. The team also analyzed genetic sequences from another 117 AIDS patients from around the world who were infected with subtype B, the virus strain that has spread most widely.

Michael Worobey, assistant professor of ecology and evolutionary biology at The University of Arizona in Tucson. The Santa Catalina Moutains are in the background. Credit: Copyright 2006 Alex Badyaev. This photo may only be used in conjunction with a news story about the study described in this news release.

Once all the sequences were assembled, the researchers loaded the data into a computer and used Bayesian statistics to investigate all the family trees that were consistent with the genetic data. The researchers then evaluated all possible HIV family trees to determine how probable a particular family tree is.

For the hypothesis that, from Africa, HIV went to the U.S. first, the probability is 0.003 percent -- virtually nil.

For the hypothesis that HIV went from Africa first to Haiti and then on to the U.S., the probability is 99.8 percent, almost 100 percent.

The analysis also shows that the ancestry of most viruses in the U.S. can be traced back to one common ancestor -- the virus that came from Haiti in about 1969.

"Before this study, that had not been nailed down," Worobey said.

The research also reveals that Haiti has a much larger genetic diversity of subtype B than does the U.S.

"The U.S., Australia, Europe plus many countries have just a subset of the subtype B diversity you see in Haiti," Worobey said.

The virus moved from Africa to Haiti in about 1966, he said. Haiti has more diversity of HIV than does the U.S. and other countries because the virus has been there longer and had more time to mutate.

The finding helps explain the early observations of a high prevalence of AIDS in Haiti, Worobey said. "The virus had simply been there longer."

"The main challenge of developing a vaccine against HIV is its tremendous genetic diversity," he said.

Knowing the gamut of diversity within subtype B could be important for effectively developing and testing vaccines that will work in Haiti, Worobey said. Worobey's next step is following the trail of HIV even further back in time using older archival samples.


*******************


Guerre
psychologique ou guerre biologique? by Ben Dupuy (writing under the pseudonym Jacques Arcelin), Haiti Progres, July 8, 1983

This article, written by Ben Dupuy, Co-Director of Haiti-Progres, was originaly published, starting in July 8th 1983, in four parts under the pseudonym of Jacques Arcelin. (Here are the two first parts).

Guerre psychologique ou guerre biologique?
Par Jacques Arcelin (Ben Dupuy)

Dans sa rubrique «Médecine», le quotidien Le Monde du 16 juin 1983 a publié un article intitulé «La prévention du SIDA en France» qui appelle plusieurs remarques. Tout d’abord, selon Jean-Yves Nau, auteur de l’article, cette maladie qu’en l’état actuel des recherches l’on qualifie génériquement de «syndrome immunodéficitaire acquise» (sida) atteindrait plus précisément «les homosexuels ou les hommes bisexuels ayant des partenaires multiples, les utilisateurs de drogues injectables par voie veineuse, les personnes originaires d’Haïti et d’Afrique Equatoriale ainsi que les partenaires sexuels (femmes ou hommes) des personnes appartenant à ces catégories».

En fait cette catégorisation des «sujets à risques» ne sont pas propre à Jean-Yves Nau, mais, à travers lui, Le Monde reprend à son tour un amalgame pseudo-scientifique déjà massivement propagé par les organes de presse aux Etats-Unis et au Canada. La grande presse de ces pays à fait étalage de statistiques pour mieux masquer un discours idéologique sous le couvert de la science. Ces statistiques seraient plus convaincantes si elles se rapportaient à des catégories relevant d’un principe commun. Pourquoi associer des catégories relevant de déviances sociales – homosexuels et drogués – à d’autres renvoyant à des notions de nationalité – les Haïtiens – et celle géographique - l’Afrique Equatoriale - ces deux dernières servant d’écran à un concept racial ?
A travers cet amalgame, se profile un objectif inavouable : éveiller des réflexes de peur en s’abritant derrière des prétendues données médicales servant de filtre à un racisme qui retient ainsi ses lettres de noblesse.

La «véritable psychose» dont parle Jean-Yves Nau est-elle due – comme il l’affirme – à l’apparition d’une maladie mystérieuse dont on s’accorde à reconnaître que l’on en ignore les causes ? En fait, la «psychose» sida s’est déclenchée non pas lors de l’apparition réelle de la maladie qui remonte à la fin des années 70 aux Etats-Unis mais plutôt lorsque la presse de ces pays s’en est emparée pour l’utiliser à des fins idéologiques : réveiller un racisme latent qui, en période de crise économique est exacerbé pour détourner l’attention des vrais problèmes. L’afflux des «boat-people» haïtiens aux Etats-Unis, leur enfermement dans des camps de concentration et les actuelles manœuvres pour les expulser du pays ; parallèlement, l’augmentation du nombre de réfugiés haïtiens au Canada et les mesures de rétorsion dont ont été victimes les chauffeurs de taxis haïtiens au Québec – accusés de concurrencer leurs homologues locaux - ; tous ces phénomènes de rejet intériorisés par une population imprégnée de préjugés racistes se trouvent justifiés et amplifiés par le matraquage des médias s’abritant derrière le paravent d’une soi-disant objectivité scientifique.


Voyons les données statistiques
Au juste, il s’agit d’un procès avec verdict conçu à l’avance. Par une singulière inadvertance, les média n’ont peut-être pas saisi que, si les statistiques démontrent quelque chose, c’est l’inverse de ce qu’elles souhaiteraient. Mais, avant de nous pencher sur ce que disent les instances scientifiques censées garantir l’objectivité des données, faisons remarquer qu’au niveau même des recherches, les dés sont déjà truqués : les classifications retenues sont fondamentalement erronées, puisqu’établies en dehors d’un principe commun aux différentes catégories recensées.

Soulignons aussi que, pour mieux désinformer et intoxiquer l’opinion publique, les médias sacralisent un domaine considéré par certains spécialistes comme exclusivement le leur : celui de la recherche médicale ; elles privilégient certaines de leurs thèses présentées comme dépourvues de toute connotation idéologique, jetant par contre un voile pudique sur celles qui contrediraient la validité de leur propagande tendancieuse.

Voyons maintenant les faits : selon les données fournies par le «Center for Disease Control» (CDC) d’Atlanta, spécialisé dans la recherche sur les maladies infectieuses, sur un total de 1775 cas de sida relevés aux Etats-Unis, il y aurait:

72% d’homosexuels
17% de toxicomanes aux drogués intraveineuses
4% d’immigrants haïtiens
1% d’hémophiles
6% de personnes n’appartenant à aucune des catégories déjà citées.

En nous en tenant à ces mêmes chiffres, moins l’amalgame des critères de référence, et si nous retenons l’homosexualité comme base de classification, nous obtenons :
72% homosexuels
28% non-homosexuels

On ne saurait toutefois prendre pour acquis le pourcentage présumé d’homosexuels, l’homosexualité n’étant pas décelable par des caractéristiques physiologiques, il importerait de vérifier les méthodes de catégorisation utilisées.

Est-ce à partir de déclarations écrites vérifiables des malades ou sur la foi d’une certaine rumeur publique ? Cette dernière hypothèse n’est pas à dédaigner quand on se réfère à une déclaration du docteur Haverkos – un responsable du centre d’Atlanta – qui aurait affirmé à son retour d’Haïti que la majorité des Haïtiens atteints du sida n’ont une réputation ni d’homosexuels ni de drogués.

Est-ce là la preuve d’une rigueur scientifique dont les média semblent pourtant se satisfaire sans même tenter de creuser la réalité que de tels postulats recouvrent ? La science n’exige-t-elle pas que toute assertion soit ou bien accompagnée de preuves tangibles ou bien reconnue comme fausse ?

Un second type de classification établi par le centre d’Atlanta aboutit aux résultats suivants :

Blancs : 58%
Noirs non-haïtiens : 21,5%
Latins : 13,8%
Haïtiens : 5,5%

Faisons à nouveau abstraction de la propension à l’amalgame des chercheurs d’Atlanta ; retenons la notion de race comme critère de différenciation, nous obtenons alors :

Blancs : 58%
Non-Blancs : 40,8%

Notons que la nouvelle distribution obtenu n’a pas plus de valeur que la précédente puisque s’étayant sur une classification qui accorde un concept de race forcément arbitraire à des critères linguistiques et nationaux. Remarquons également que le terme «Latins» figurant dans ces statistiques recouvre aux Etats-Unis des minorités nationales déjà répertoriées en tant que Blancs, Métis et Noirs.

Une autre observation s’impose quant à ces données statistiques dont l’assemblage disparate tend à détourner l’attention et à occulter la réalité pour sauver les mythes d’une certaine «ethnicité». Si l’on se réfère à la nationalité, c’est à une écrasante majorité que les Américains seraient touchés par la maladie : 96%. A partir du critère de la race, même en nous en tenant à la classification arbitraire établie par le centre d’Atlanta qui extrait les «Latins» de toute race – concept lui-même contestable – c’est une majorité de Blancs qui se dégage : 58%. On voit donc le crédit qu’il faut accorder à des statistiques faussées dès le départ et que l’on peut manipuler à sa guise. A l’aide de procédés mathématiques, on tend à donner une interprétation à laquelle la scientificite apparente du discours fournit les apparences obligées et les formes - par euphémisme - de préjugés sociaux et raciaux.

LE MATRQUAGE IDEOLOGIQUE.
Ces préjugés se vérifient pleinement lorsque l’on passe du plan de l’interprétation des données, des hypothèses, à celui des mesures pratiques qui en découlent et qui, une fois de plus annoncées tapageusement par la presse, tendent à créer des réactions de panique et à frapper d’ostracisme les catégories désignées à l’opinion publique comme responsables de la nouvelle «peste». Le 10 mars 1983, Le Journal de Montréal titrait en grande manchette : «La Croix-Rouge demandera aux homosexuels, aux drogués et aux Haïtiens de ne pas donner de sang». Cette mesure prise par la Croix-Rouge Canadienne faisait suite à celle prise antérieurement par la Croix-Rouge Américaine et à laquelle, outre-Atlantique, on emboîte maintenant le pas. Le Monde peut donc répercuter comme allant de soi les décisions prises par le Secrétariat français d’Etat à la santé et transmises au Centre national de transfusion sanguine se traduisant ainsi : «Le sang donné par ces personnes (appartenant aux catégories citées plus haut) ne pourra qu’être réservé à la préparation de certains dérivés sanguins, c’est-à-dire qu’il ne devra pas être utilisé lors des transfusions».

Le 18 mai 1983, le quotidien parisien Le Matin affirme que «l’étude des cas tant aux Etats-Unis qu’en France montre très vite que si les homosexuels font partie du groupe à gros risques, ils ne sont pas seuls à être atteints du sida. Il y a aussi des toxicomanes, des personnes originaires ou ayant longuement séjourné en Haïti ou en Afrique équatoriale et enfin des hémophiles». Dans son édition du 30 mai 1983, le même journal écrit : «dix-huit mois plus tard, on sait que cette nouvelle maladie ne frappe pas seulement des hommes homosexuels, mais aussi des femmes, des Haïtiens, des hémophiles, des enfants…» Enfin, ce sont tous les grands média européens qui répercutent aujourd’hui les données statistiques tendancieuses du centre d’Atlanta ainsi que «les hypothèses audacieuses sur ‘l’origine haïtienne de la maladie’, selon les termes du docteur Jean-Claude Desgranges, président du Comité spécial haïtien sur le sida».

A propos de ces mesures de prévention, on peut remarquer les interprétations contradictoires quant à la transmissibilité de la maladie par la transfusion sanguine. «Début 1983, écrit Jean-Yves Nau dans le Monde, on pensait avoir accumulé suffisamment de preuves pour avancer que le sida pouvait être transmis par les transfusions de sang ou par ses dérivés». A quels chercheurs M. Nau fait-il référence ? Il se garde bien de nous le dire. Pourtant, parlant des hémophiles – catégorie particulièrement concernée par les transfusions sanguines – il reconnaît qu’on ne peut déceler que des symptômes «suspects» ou «ressemblant au sida» mais «aucun cas dans sa forme complète».

Cependant, certaines recherches effectuées ont abouti jusqu’à présent à invalider ce mode de transmission. Dans un article du Time Magazine de mars 1983, le Dr Bove, président du Comité de l’Association américaine des banques de sang sur les maladies transmises par voie sanguine et professeur à la Faculté de Médecine de Yale, faisait la déclaration suivante : «Pendant les deux ans ou le sida a été identifié, 20 millions de personnes ont reçu des transfusions sanguines et il est certain que quelques unes ont reçu du sang des gens atteints du sida mais nous n’avons pas eu d’épidémie du syndrome chez ces gens… Il semblerait que le sida se transmet par un agent mais malgré trois ans de recherches, on n’a pu établir le mode de transmission ; on a cherché avec des moyens électroniques ; on a injecté du sang des personnes atteintes à des centaines d’animaux ; pas un seul de ces animaux n’a présenté les signes du syndrome… En tant que scientifique, je me dois de regarder les faits et l’évidence des faits est que la transfusion sanguine ordinaire ne transmet pas le sida»

Donc, aucune assurance quant à la communication de la maladie par cette voie ; au contraire les déclarations catégoriques du Dr. Bove font pencher la balance dans le sens inverse. Mais à un stade où la science piétine, tâtonne, il va de soi, pourrait-on dire, que les chercheurs émettent des affirmations contradictoires et il n’est pas dans notre propos d’étayer des apriorismes par des arguments susceptibles de les justifier. On peut cependant remarquer que certains scientifiques prennent leurs distances par rapport à des hypothèses que d’autres présentent comme des certitudes dont ils tirent des conclusions à caractère pratique. Ceux-là ont conscience de la manipulation idéologique qui peut-être faite au travers d’un discours se proclamant scientifique.

Une attitude paradoxale
Le chapitre le plus paradoxal dans l’affaire sida, ce n’est sans doute pas la propagande tous azimuts déclenchée par la grande presse des pays capitalistes, mais plutôt l’approche quasiment suiviste de certains organes de presse de la diaspora haïtienne ; en l’occurrence, les revues Collectifs Paroles et Haïti Demain.

Ainsi, dans l’édition de Mars/Avril 1983 de Collectif Paroles, le Dr Flavien reprend à son compte les mêmes inanités et les mêmes arguments fallacieux servant à alimenter la campagne d’intoxication xénophobe et chauvine qui se développe aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. Dans son article intitulé : «SIDA : le courage de la vérité et de la rigueur» le Dr Flavien entonne un hymne extasié à la Croix-Rouge canadienne, la qualifiant de «prestigieuse institution qui joue un rôle important et qui, de ce fait, a une responsabilité non seulement envers les receveurs de sang mais envers l’ensemble de la ‘société’». Or, le Dr Flavien, quelques jours plus tôt, apposait sa signature au bas d’un communiqué de presse sur le sida daté du 11 mars 83 (H.O. 18-25 mars, 83) et dénonçant violemment les déclarations tendancieuses de la Croix-Rouge canadienne, cherchant à stigmatiser l’entité nationale haïtienne. Aussi, le Dr. Flavien, par son attitude pour le moins équivoque, faisait montre au contraire de très peu de courage et encore moins de rigueur. En effet, dans son article, il développa des idées antithétiques à tous les points contenus dans le communiqué de presse qu’il avait pourtant signé conjointement avec six autres personnalités haïtiennes du monde médical et communautaire. Dès lors, on ne peut que s’étonner en lisant la vibrante plaidoirie du Dr Flavien en faveur du Dr Derek, dirigeant de la Croix-Rouge canadienne, paru dans l’édition de mars/avril de Collectif Paroles.

Pourtant, le texte du communiqué conjoint était clair : il déclarait «indispensable que les responsables de la Croix-Rouge canadienne, à l’origine de cette situation préjudiciable à la communauté haïtienne, fassent publiquement et sans équivoque les rectifications qui s’imposent». L’ironie de l’affaire, c’est qu’il allait revenir non pas à la Croix-Rouge canadienne de défendre ses propres postulats, mais plutôt à l’un des signataires de la déclaration commune, en l’occurrence c’était au Dr Flavien de s’auto-ériger défenseur de cette institution. Ecoutons-le éructer des dithyrambes à la Croix-Rouge canadienne : «Dans la communauté haïtienne et dans les milieux sympathiques à la cause haïtienne, on condamne sévèrement la déclaration du Dr John Derek. On semble surtout reprocher aux dirigeants de la Croix-Rouge d’avoir pris une décision prématuré et sans fondements scientifiques solides incluant les ‘Haïtiens récemment immigrés’ dans la liste des groupes à risques à côté des homosexuels et des toxicomanes.

Malgré le respect que j’ai pour les tenants de cette thèse et nonobstant la solidarité qui me lie à eux, je dois dire que cette argumentation m’apparaît erronée et tendancieuse». Voilà donc une opinion qui doit sans aucun doute transporter d’aise les manipulateurs des appareils idéologiques américains, canadiens, européens, et les enthousiasmer pour le «réalisme», la «rigueur», enfin en un mot, pour la sophistique du Dr Flavien dont la mémoire sélective aussi évidente constitue en elle-même une forme particulière de l’idéologie dominante.

Après tout, le discours «nuancé» de la Croix-Rouge canadienne n’avait-elle pas bien pris soin de ne frapper d’ostracisme que ces «Haïtiens récemment immigrés» ? Alors pourquoi certains de nos «privilégiés» de la «première vague», à l’instar du Dr Flavien, ne jugeraient-ils pas plus prudent d’éviter autant que possible un combat plutôt inégal ? La sauvegarde de leurs intérêts ou de leur image sociale qui le préjuge «sidaique» semble vouloir désagréger ne se confondant pas nécessairement à l’objectivité scientifique. Pour eux, il s’agit d’abord de rester bien à l’intérieur de la rationalité des institutions dont ils dépendent et qu’ils sont parfois appelés à défendre par la force des choses. Respectant profondément le découpage actuel du savoir et de la science, leur attitude ne peut être au fond que celle de l’ambivalence. Aussi, l’ambiguïté du comportement du Dr Flavien dans la question du sida, les atermoiements qui transparaissent tout au long de son exposé, permettent d’apprécier à sa juste valeur la sagesse professorale d’une petite bourgeoisie poltronne qui hésite entre le haut et le bas, entre la lutte et le marchandage, entre la transaction et la vérité. Ce refus contradictoire, cette acceptation progressive des paralogismes du Dr Derek nous montre un véritable esprit brouillon, disant une chose ici, et puis une autre plus tard. En ce sens, il rejoint ceux qui applaudissent aujourd’hui ce qu’ils dénonçaient la veille, puis condamneront peut-être demain avec la même véhémence, pour peu que le vent ait tourné. Bref, il est le prototype de ces hommes-girouettes qui s’adaptent religieusement aux variations de la conjoncture et pour qui il est toujours plus simple et plus facile de suivre la ligne de moindre résistance. Notre compatriote comme nous le verrons plus loin, rejette en fait la faute sur les victimes – des «haïtiens récemment immigrés» - en rusant et en usant d’artifices et d’arguties pour se défiler. Le Dr Flavien pense se tirer d’affaire à l’aide de phrases qui ne veulent rien dire, mais qui apportent de l’eau au moulin de ceux qui ont orchestré cette campagne de désinformation à propos du sida.

L’article du Dr Flavien camouffle l’évidence de l’astuce sous une apparence de bonne volonté et d’intentions généreuses ; il faut donc convenablement le décrypter en regardant au travers des tours de passe-passe qui y abondent. Sa méthode s’apparente au sophisme, c’est-à-dire à l’art de donner une apparence de vérité à un raisonnement faux. Aussi, afin de bien mettre en lumière les arguments spéciaux qu’utilise l’auteur, analysons certains passages de l’article.

«Le CDC rapporte 4% d’Haïtiens en spécifiant que ces derniers ne sont ni des homosexuels ni des utilisateurs de drogues par voies intraveineuses… Pour ma part, il me semble que même si tous les malades haïtiens inclus dans ces 4% étaient des homosexuels, ce pourcentage demeure très préoccupant. Les Haïtiens représentent à peine 0,4% de la population des Etats-Unis… Comment dès lors expliquer que les homosexuels haïtiens fournissent 4% des cas de sida aux Etats-Unis ?», et un peu plus loin l’auteur constate le «fait inattaquable de la surreprésentation haïtienne, homosexuelle ou non».

Donc, mutatis mutandis, le Dr Flavien arrive aux mêmes conclusions de la Croix-Rouge canadienne. Pourquoi ? Parce que notre auteur raisonne «in abstracto» c’est-à-dire qu’il compare mécaniquement des pourcentages sans oser aller au-delà des chiffres qu’il nous propose :

- 4% d’Haïtiens pour une population d’un million vivant aux Etats-Unis.
- 96% d’Américains pour une population de 230 millions d’habitants.

Cette disproportion dans les chiffres signifie pour lui «tout simplement qu’au sein de cette communauté, sont en œuvre des facteurs susceptibles de causer l’éclosion du sida», et qu’«il s’agirait vraisemblablement de facteurs liés au conditions de vie antérieures et présentes, à l’environnement, au us et coutumes des Haïtiens, comme par exemple :

- le statut nutritionnel.
- l’exposition à tel ou tel microorganisme, etc»

Mais, une réponse rationnelle ne se confond pas à une réponse technocratique. Notons que le Dr Flavien, tout en faisant de vagues allusions à certains facteurs d’ordre sociologique, nous ramène inexorablement à des notions strictement médicales : «le statut nutritionnel ; l’exposition ou non exposition antérieure à tel ou tel microorganismes». Donc, pour lui, la question du sida serait strictement une affaire médicale. Mais rappelons, au risque de paraître banal, que les faits et les statistiques ne parlent pas d’eux-mêmes ; il y a toujours quelqu’un pour les faire parler. Et dans le cas du sida, ce ne sont certainement pas les facteurs qu’invoquent le Dr Flavien qui «sont en œuvre» et qui provoquent «l’éclosion du sida» chez les Haïtiens dans une proportion plus grande que chez les américains. L’inexactitude de ses hypothèses saute aux yeux. Le problème, c’est que l’auteur n’arrive pas à se dégager des postulats qui inspirent sa démarche : il décrit une réalité seulement à partir de son reflet idéologique, tel que le renvoient des statistiques faussées au départ. Il privilégie unilatéralement certains aspects du problème : les parcelles de vérité incluses dans son discours trompeur ne font que renforcer le pouvoir du mensonge. En fait, aucune comparaison valable ne peut s’établir entre les deux entités nationales – haïtiennes et américaines – sans tenir compte de toutes les disparités sociales existant entre elles. Cette «surreprésentation haïtienne» n’est nullement, en soi, la preuve d’une disposition particulière des Haïtiens au sida. Elle trahit plutôt, au niveau des données statistiques, le caractère unilatéral et abstrait des critères de références établis en marge de ces disparités sociales.

Médecine et statistiques

Cette «surreprésentation haïtienne au niveau des statistiques, à laquelle fait référence le Dr Yves Flavien, pour justifier les thèses racistes des appareils idéologiques des Etats-Unis et du Canada, n’est qu’une affirmation ronflante, une nullité sonore qui veut rendre superflu l’examen véritable de ces statistiques et la compréhension des faits. L’auteur fait de vagues concessions à certains aspects d’ordre sociologique, mais nous ramène cependant à des notions purement techniques. Le problème, c’est qu’il refuse de placer le phénomène sida (Syndrome d’immunodéficience acquise) dans son vrai contexte politique et social, préférant le circonscrire au cadre étroit de la science médicale. Son discours a pour but de masquer l’utilisation politique et idéologique du sida par les médias des pays capitalistes.

Quelques exemples permettront d’illustrer la superficialité du concept de «surreprésentation haïtienne» du Dr Flavien. Prenons par exemple la tuberculose en Haïti : si nous disons qu’elle est endémique de façon disproportionnée – par rapport aux autres pays du continent – ceci constitue sans doute une vérité incontestable. Mais de là à circonscrire les causes et les solutions à apporter à ce problème dans l’unique cadre de la science médicale, c’est évacuer du même coup les facteurs réels qui sont à la base de cet état de choses : l’exploitation, la misère et l’ignorance. Un autre exemple : aux Etats-Unis le taux élevé de mortalité des Noirs avait, à une certaine époque, servi de fondement à un préjugé racial tendant à expliquer une soi-disant infériorité physique de ces derniers. Là encore, le refus d’analyser les facteurs sociaux, politiques et économiques avait pour objectif de confiner la question au seul terrain médical, conférant ainsi à certaines statistiques un caractère pseudo-scientifique. A ce propos, citons les observations de deux spécialistes américains quant à ces méthodes.

C’est d’abord le Dr Bruner, médecin en chef à Savanah – Georgia – qui écrivait en 1915 : «Notez combien de leurs enfants sont morts-nés et suivez ensuite, jusqu’à la cinquième année, le taux élevé de la mortalité infantile, et alors observez minutieusement les raisons qui en sont à la base. Les résultats seraient identiques avec des blancs, s’ils vivaient dans les mêmes conditions».

Commentant cette observation, l’écrivain James H. Jones ajoutait : «Montrer que l’appartenance de classe joue un rôle primordial dans les questions de santé, c’était frapper à sa base même, la conception raciste tendant à expliquer le taux élevé de mortalité chez les Noirs par une quelconque infériorité physique». De son côté, le Dr. John W. Trask, occupant un poste de dirigeant dans le Service de la Santé publique aux Etats-Unis, écrivait à la même époque : «Si les classifications statistiques concernant la mortalité devaient se faire en fonction du statut économique, c’est-à-dire en fonction des revenus familiaux, la différence dans les taux de mortalité, dans ce cas là, serait sans doute aussi grande que celle qui existe entre Noirs et Blancs, dans nos classifications actuelles». Enfin, pour mieux mettre en relief l’inanité de la «surreprésentation haïtienne» mise en exergue par le Dr. Flavien, citons en dernier lieu les remarques d’un journaliste arabe, M. Allel Sadoun, adressées au «Monde» en réponse à un article à caractère raciste paru dans son édition du 20 juin 83 : «Dans votre article… vous faites état des statistiques de la police et de la gendarmerie qui montreraient que ‘les immigrés commettent proportionnellement plus de crimes et de délits que les Français’. Ces statistiques seraient plus convaincantes si elles comparaient les crimes et les délits de salariés de même tranche d’âge et de même milieu socio-professionnel. Aurait-on l’idée de culpabiliser les Français des quartiers populaires en comparant leur taux de délinquance avec celui des bourgeois du seizième ?»

Mais, le Dr Flavien fait opportunément abstraction des facteurs économiques, sociaux et politiques qui confinent les «Haïtiens récemment immigrés» dans de véritables ghettos à Miami ou à New York. Il ignore également l’inévitable promiscuité de leur univers marginal et la situation précaire des «illégaux» cherchant à survivre dans un tel milieu. Il est obnubilé par les statistiques et son jugement à l’emporte-pièce, formulé dans le style lapidaire du «constat», ignore la réalité sociale de ces réfugiés, leurs tendances à se constituer en «petites familles de misère» pour survivre face à l’agressivité du milieu ambiant, leurs dérisoires noyaux de résistance, incapables de les soustraire à l’influence d’un monde qui les enserre et finit par les engloutir. Le Dr. Sheldon H. Landesman, directeur du Haitian Study Group écrivait récemment qu’à New York «beaucoup d’Haïtiens vivent dans la région de Brooklyn-Queens. La plupart d’entre-eux, n’ayant aucune forme d’assurance-maladie, sont bien forcés de s’adresser au Kigns County Hospital, le plus grand hôpital municipal de Brooklyn.

Traditionnellement, cet hôpital ne procure des soins médicaux qu’aux pauvres de la région» (N.Y. Native, 6 juin 83).

Les facteurs expliquant cette «surreprésentation haïtienne» au niveau des statistiques ne sont donc pas ceux que nous laissent croire le CDC et la Croix-Rouge Américaine ou Canadienne. D’ailleurs, pour en revenir aux chiffres, les incohérences et les contradictions des données du CDC ainsi que leur caractère nettement raciste transparaissent clairement dans certaines de ses déclarations. Dans le «Daily News» du 17 mars 1983, nous lisons : «La maladie sida est connue pour sa prédominance dans les quatre groupes suivants : homosexuels, toxicomanes, hémophiles et immigrés haïtiens. Mais les officiels du CDC à Atlanta affirment qu’environ 6% des victimes du sida ne rentrent dans aucune de ces catégories». Parallèlement, le Dr Harry Haverkos, un des représentants du CDC, a déclaré : «Les Haïtiens sont les seuls cas jusqu’ici qui ne s’identifient à aucune des deux grandes catégories pré-existantes : homosexuels et héroinomanes» (Haïti Demain, Vol 1, No 8). Hormis une approche «ethnique», quel autre motif empêcherait donc le Centre d’Atlanta d’adjoindre aux 4% d’Haïtiens, les 6% d’éléments considérés inclassables ? C’est qu’on ne travestit le sens des chiffres qu’en vue de travestir du même coup la vérité scientifique. N’oublions pas que la question du sida s’insère dans un cadre politique et idéologique déterminé, le seul capable d’expliquer aussi bien les incohérences du CDC que celles émaillant le texte du Dr. Flavien ; une œuvre qui restera comme un triste monument d’avilissement des objectifs de la recherche scientifique, et par voie de conséquence des Haïtiens en général.

Il nous semble maintenant plus importants de remonter aux sources de ces erreurs que d’énumérer toutes leurs manifestations apparaissant dans l’article de notre compatriote. Arrêtons-nous cependant sur certains passages particulièrement aberrants : «Pour démystifier la question, nous dit le Dr Flavien, il faudra justement découvrir ces facteurs (susceptibles de causer ou de favoriser l’éclosion du sida), ce qui requiert des recherches. Dans le cas du sida quels pourraient être ces facteurs ? Il est certes prématuré de lancer des hypothèses». Peu de phrases contiennent un tel concentré d’ambiguïté, car aucune recherche scientifique, ne saurait s’entreprendre sans hypothèses : l’hypothèse scientifique ou de travail est la proposition première relative à l’explication de phénomènes naturels, admise provisoirement avant d’être soumise au contrôle de l’expérience scientifique. Mais si pour le Dr Flavien »il est certes prématuré de lancer des hypothèses» - en ce qui concerne bien entendu les Haïtiens – il en est cependant tout autrement pour la Croix-Rouge canadienne. Celle-ci a non seulement le droit de lancer des hypothèses gratuites, d’avancer des conjonctures improbables et sans fondements véritables, mais même de prendre, à partir de là, des mesures concrètes.

Ecoutons à ce sujet le Dr Flavien : «La Croix-Rouge devait agir et promptement… Vu l’importance des enjeux, la Croix-Rouge ne pouvait attendre des preuves scientifiques irréfutables avant d’agir. Elle devait prendre une décision à partir des données disponibles, malgré leur caractère incomplet et incertain».

N’est-il pas curieux de voir à quel point le Dr Flavien peut déformer les choses, mais cela ne mérite pas de réfutation, d’autant plus que l’auteur va se réfuter lui-même, tout de suite après. Ecoutons-le une dernière fois : «La déclaration du Dr Derek, qu’elle soit scientifiquement fondée ou non ( ?!), est tout aussi condamnable, non sur le terrain scientifique ( ?!) mais sur le plan social, civique et éthique ( ?)». Cette phrase n’est-elle pas un véritable non-sens ? Essayons donc de démêler la question, car ici l’auteur s’égare complètement. En début de phrase, il condamne avec force et sur tous les plans la Croix-Rouge canadienne, mais par contre, dans sa partie finale, «non sur le terrain scientifique». Enfin, il finit par ramener l’affaire à une simple question morale !

Médecine et Racisme
Lors d’un colloque à l’UNESCO en 1978 sur le thème «Races, société, aptitudes : apports et limites de la science» le professeur François JACOB, prix Nobel de Médecine, déclarait : «Il est intéressant de noter que certaines idéologies éprouvent le besoin de justifier leur attitude par des données scientifiques…

C’est là où les problèmes sont mal posés, là où les données n’existent pas, là où les hypothèses sont complètement floues que viennent les idéologies et la manière dont elles passent d’une plate-forme bien établie du point de vue scientifique et puis, insensiblement, choisissent des données et en rejettent d’autres, considèrent comme acquis ce qui n’est pourtant qu’hypothèse, rejettent toutes critiques qu’elles attribuent à l’idéologie passe insensiblement la frontière du connu vers l’inconnu et la passe de manière non perceptible pour des gens non avertis».

Ce qu’il importe de bien comprendre dans la question du sida, c’est que les médecins ne sont pas immunisés contre les préjugés et qu’une renommée scientifique méritée n’est pas une garantie contre l’interprétation raciste. Les tentatives pour appeler la science au secours du racisme constituent un phénomène social qui n’est pas récent ni propre à une discipline particulière de la recherche scientifique.

Il y a déjà plus d’un siècle, le Dr Oliver Wendel Holmes notait : «La médecine, fondée professionnellement sur l’observation, est aussi sensible à l’influence extérieure, politique, religieuse, philosophique, imaginative, que le baromètre l’est à la densité atmosphérique».

A suivre


*******************

Haitians Didn't take this Bitter Pill in 1990, Won't take it in 2007: HIV/AIDS Origin by M. Pierre (Kawonabo1500@aol.com), November 6, 2007

When in April 1990, the CDC did go it alone and placed Haitians among the carriers of the virus, HIV/AIDS, 12 million Haitians and millions more Friends of Haitians protested which prompted the CDC to remove 'Haitians' from their list and offered an apology to the Haitian Community. Now, 17 years later, the racists have concocted an international racist "Coalition of the Willing" that includes the following: "Worobey's co-authors are M. Thomas P. Gilbert of the University of Copenhagen in Denmark; Andrew Rambaut of the University of Edinburgh in Scotland; Gabriela Wlasiuk of the UA; Thomas J. Spira of the Centers for Disease Control and Prevention in Atlanta, Ga.; and Arthur E. Pitchenik of the University of Miami in Fla. The National Institutes of Health, the David and Lucile Packard Foundation and a University Research Fellowship from The Royal Society funded the research."

Together, they just dropped the biological equivalent of an H-Bomb on Haiti by concluding in their very unscientific “study” that the dominant strain of HIV/AIDS,HIV-1 group M subtype B, found in the U.S. and around the world, originated from Haiti. It is not true that the HIV/AIDS virus ever originated from Africa or Haiti . They know it all too well. This is a mere diversion to hide the truth. They all know all too well also that the HIV/AIDS virus originated right here in biological warfare laboratory of the CDC itself. Why try to hide this fact and blame it on Africa and Haiti , the two black geographical regions? Worobey, take your so-called “research paper” and blow up your nose with it!

Haiti is being targeted and persecuted by International racists today because 203 years ago, it became the first Black Republic on Planet Earth after kicking out French racist supremacists and colonists in a war of liberation and revolution against colonization and the institution of slavery. This was the only successful Slave Revolution in the History of Humanity. The racist supremacists and imperialists today want to make sure that never again Haitians do this to the racist supremacist descendants. That is why they are trying to put us in a vulnerable situation worldwide so that we are repudiated and shunned anywhere we go on this Planet.

The shameless racists of this world prove how immoral and unethical they could be when they are spending millions of dollars on a flimsy and destructive study that proves nothing scientifically and humanely significant. They are merely sowing division and hatred among the poor people of the world. They should instead redirect their spending constructively for a possible cure that would benefit millions of people dying of the disease.

Once again, their attempt to stick it up on Haiti and Haitians will backfire because they are lying their heads off. They lie to the world when they say finding out where HIV/AIDS originated will help find a cure. Who are they fooling? Finding a cure is not the true intent of this Machiavellian study. We do not have to be ‘rocket scientists’ to know that it is not the knowledge of the geographical origin that can produce the cure for HIV/AIDS. Whether it be the CDC laboratories, Denmark , Scotland , France , Germany or anywhere else the virus originally came from, it is the research on the genetic make-up of HIV/AIDS that will eventually produce a cure for it. Let’s be real!

TO ALL THE RACIST SUPREMACISTS OF THE PLANET, WE, HAITIANS AND FRIENDS, DIDN’T TAKE THIS BITTER PILL IN 1990 AND WE ARE NOT GOING TO TAKE IT NOW.

M. Pierre
November 6, 2007
Kawonabo1500@aol.com


*******************


En Memoire Des Arawaks et Tainos D'Haiti,
Jean H. Philippe, November 7, 2007 , jhphilippe@yahoo.fr

EN MÉMOIRE DES ARRAWAKS ET TAÏNOS D’HAÏTI
À la radio et à la télévision canadienne, depuis quelque temps, on ne parle que de l’île Hispaniola ( alors que le nom de l’île est Haïti) partagée entre la République d’Haïti et la Dominicanie. Aujourd’hui encore 1er novembre 2007,l’annonce entendue sur les ondes d’une station de radio a attiré mon attention.

L’insistance, la fréquence de ces annonces me portent à croire qu’il ne s’agit pas d’une banale méprise, vu que cela coïncide avec la reprise de la propagande «Haïti : le chaînon manquant dans la transmission du Sida aux U.S.A et à travers le monde».

Ce qui me surprend surtout, c’est l’indifférence et le silence absolu entourant ces faits.

S’agit-il de la relance d’une nouvelle campagne de dénigrement d’Haïti et de ses ressortissants et d’une tentative de rayer Haïti de la carte du monde?

Je veux croire que non! Toutefois, la vigilance s’impose. Cette autre forme de colonialisme qui voudrait dépouiller l’île de son nom amérindien Haïti pour le remplacer par Hispaniola doit être dénoncée.

Haïti ou Ayiti, dans la langue des Arrawaks et des Taïnos (totalement décimés par les espagnols*) signifie Terre de hautes montagnes.

Le Fondateur de la Patrie haïtienne, Jean-Jacques Dessalines, ancien esclave lui-même, analphabète pourtant, mais doté d’un fort sens de la Justice, estimait que l’Île méritait de conserver son nom originel, façon de perpétuer le souvenir de ces Amérindiens victimes de génocide. Ainsi, lors de la proclamation de l’Indépendance le 1er janvier 1804, le nom St-Domingue que lui avaient attribué, à leur tour, les pirates français fut immédiatement remplacé par celui d’Haïti.

Ce nom amérindien de l’île «Haïti» constitue un Legs (Haïti, premier pays colonisé du Nouveau Monde, premier pays du Nouveau Monde à connaître le génocide, premier pays du Nouveau Monde à briser les chaînes de l’esclavage). Cette tentative par les néo-colons et autres acculturés du même acabit de revenir à un nom imposé par les génocidaires constitue une insulte à la souffrance et au calvaire des Amérindiens.

L’Amérique entière a un devoir de mémoire!

* En 1492, à l’arrivée de Cristobal Colon (père du colonialisme), l’île d’Haïti comptait plus d’un million d’indigènes. En 1503, il ne restait plus que quelques centaines. La main d’œuvre gratuite vint à manquer; alors, sur l’insistance d’un moine dominicain, Bartolomeo de Las Casas, on fit venir d’Afrique les premiers Noirs et ce fut le début de la traite négrière et son cortège de malheurs avec Nicolas Ovando, gouverneur de l’île.

Jean H. Philippe
Email : jhphilippe@yahoo.fr
Nov. 7, 2007

See also:
- Dessalines three Ideals
http://www.margueritelaurent.com/pressclips/dessalines.html#3
- "...In the sixteenth century, Europeans insisted that syphilis originated in Haiti, and was brought back by Columbus' sailors. (the converse now appears to have been the case.)"Excerpted from: The Uses of Haiti (1994, updated 2005) --by Paul Farmer
http://www.2bnb4.com/did-columbus-bring-syphylis-to-europe.htm ;http://www.margueritelaurent.com/pressclips/defamed.html#farmer

- La Conspiration Du Silence
- Genocide in Haiti by mass vaccination while Haiti is occupied by Dessalines' enemies and other such white savior missionaries/ mercenaries...

-Vaccinate Haiti! and Defamed! --Page 1, - Page 2, Pg. 3, Pg. 4, Pg. 5 and, Pg. 6 )

-
Editorial - Occupied Haiti To be Vaccinated! Franklin Ellis, Nov. 11, 2007 Fanmi Lavalas Emission (Mp3 - 12:41| in French)).

- "...In the annals of human history, no country, no settlers in the Americas,
killed more people, shed more BLOOD than the English, French, Spanish - than
the European tribes and their white settlers. Period, no comma. So, how does
Haiti get to be the one "doomed?" Why? Because the blood shed and people
eradicated out of Haiti where said whites, who had annihilated the Amerindians
all over the Americas and then kidnapped and enslaved Africans to come work the land of the Tainos so that the European's coffee at home would be sweet? Right? The kidnapping of Blacks, spreading of lies about black inferiority and
savagery continue as we see with this article and the abduction out of Haiti of
President Aristide... (From Hochschild's Neocolonial Journalism: Response to Adam Hochschild article in SF Chronicle by Marguerite Laurent, May 30, 2004 ).


*******************

‘The Geography of Blame’ — Haiti, AIDS and Racism in the Mainstream Media By William Bowles, Creative-I, November 7, 2007

Nobody bothers much about what’s happening in Haiti these days until that is, a spurious piece of work appears which asserts that AIDs made its way to the US from Haiti via a single individual, then and only then does Haiti makes the headlines.

Now where and how AIDS first appeared is the subject of some debate but it would seem that the mostly likely source are the kidneys of chimpanzees infected with a simian variant of the HIV retrovirus used in the making and testing of an oral Polio vaccine in the Congo and elsewhere in West-Central Africa in the late 1950s,

“…as a result of American and European medical interventions in Africa during the 1950’s—and specifically the administration of more than one million doses of an experimental oral polio vaccine, some batches of which may have been manufactured from chimp kidneys.”[1]

Of course, these interventions took place decades ago and there are no records (and only one blood sample from the period which tested negative for HIV) which seems to be pretty much par for the course when it comes to testing drugs in the poor countries of the world, which is surely the major reason Western corporations and research institutes go there in the first place; fewer controls and oversight and lots of poor people only too willing to become guinea pigs for a few bucks.

“It is now generally accepted that HIV is a descendant of a Simian Immunodeficiency Virus because certain strains of SIVs bear a very close resemblance to HIV-1 and HIV-2, the two types of HIV.

“HIV-2 for example corresponds to SIVsm, a strain of the Simian Immunodeficiency Virus found in the sooty mangabey (also known as the green monkey), which is indigenous to western Africa.

“The more virulent, pandemic strain of HIV, namely HIV-1, was until recently more difficult to place. Until 1999, the closest counterpart that had been identified was SIVcpz, the SIV found in chimpanzees. However, this virus still had certain significant differences from HIV.”[2]

The big question is how did it make the jump from either monkeys or chimps to humans? Predictably, the orthodox view is called the ‘Cut Hunter’ hypothesis which conveniently puts the ‘blame’ on an African hunter who killed an ape of some kind and somehow got infected with the simian version and then it mutated into the the most common version, HIV-I. But the evidence for this is non-existent, Hooper’s interpretation is just as likely to be the source and perhaps even more so given the circumstances.[3]

There appear to be three common denominators all of which centre on Central West Africa, in particular the Congo:

1) A very similar disease is found in apes and monkeys in the region the organs of which were used in the creation of some of the Polio vaccines tested on humans;

2) The large-scale vaccine testing that took place in the same region in the 1950s;

3) The movements of large numbers of Europeans and North Americans to and from Central-West Africa during that period, anyone of whom could have been infected (including Haitians).

‘Hooper deserves great praise for having so tenaciously carried through his investigation and for bringing to light so many more facts affecting the main questions. He has in fact given us the best history of the epidemic.’ — Biologist William D. Hamilton, Oxford University (See Hooper’s homepage, http://www.aidsorigins.com/)

The pivot of Edward Hooper’s book hinges on the tainted vaccine hypothesis.[4]

As to how AIDS found its way to the US is neither here nor there, and if Hooper’s contention is true, then whether by accident (ie ignorance) or neglect, that is to say, sloppy work, because who is going to complain? in all likelyhood AIDS ultimately has a Western origin with the vaccine tests (the earliest known occurrence of AIDS in the US is the early 1960s, thus blaming any single individual is not only pointless but extremely dangerous, especially if that individual is Black.[5]

Most important is why the ‘study’ which prompted the latest series of ‘news stories’ about AIDs being carried by a “single individual” from Haiti to the US has hit the headlines now? The study was first presented back in March, 2007 by Michael Worobey[6], a study that has been questioned by some very eminent scientists as being based on extremely flimsy evidence and poorly conducted research.[7]

But aside from this, the idea that a single individual and specifically a Haitian can be identified as the source, is not only ludicrous but also irrational, it’s pure speculation.

Given the appalling history of how Haitians with AIDS have been treated in the US (let alone how Haiti has been mistreated and exploited for generations by the US and which it continues to do), the reaction from the Haitian community in the US has been one of outrage and rightly so.[8]

But judging by the number of stories (eg, ‘Following the genetic footprints of the virus' The Boston Globe, ‘HIV Origins: Virus Arrived in the United States from Haiti in 1969') with the theme ‘one man from Haiti who started the AIDS epidemic in the US’ (I’ve counted at least a dozen and all in the MSM including the BBC ‘Key HIV strain 'came from Haiti" By Neil Bowdler Science reporter, BBC News ), the damage has already been done.

The BBC story goes further, asserting that,

‘The strain of the HIV virus which predominates in the United States and Europe has been traced back to Haiti by an international team of scientists.’

No mention at all of critiques of the study, it’s a done deal as far as the BBC is concerned.

The MSM have some explaining to do as to why they collectively latched onto a discredited story but dealt with it as if it was the explanation and many months after it first appeared.

What it does reveal is the intrinsic racism that infects the mainstream media, what else explains the unearthing and use of a discredited study many months old? Could it be that this story made the headlines because at exactly same time the revelations surrounding the Sri Lankan UN contingent accused of sexually abusing children in Haiti were making the news?[9]

Meanwhile, the REAL story of what’s going on in Haiti gets virtually no coverage at all, but that’s another story.

Notes

1. See ‘The River: A Journey Back to the Source of HIV and AIDs' by Edward Hooper. (Bloody expensive at $89, even second-hand!)

2. See ‘The Origins of HIV and the first cases of AIDS

3. See ‘The burden of proof and the origin of acquired immune deficiency syndrome

4. ibid

5. See ‘HIV's path out of Africa: Haiti, the US then the world'

6. See http://williambowles.info/hait
i-news/2007/1107/un_abuse_031107.html


7. See for example, ‘Empire State Medical Association Denounces Incomplete Research Claims made by Dr. Gilbert and Dr. Worobey on “HIV Coming from Haiti”’ and Dr. Paul Farmer, Harvard University, ‘AIDS and the Accusations: Haiti and the Geography of Blame'

8. See ‘Over 101 Sri Lankan peacekeepers in Haiti charged with sexually abusing Haitian population, including minor children', November 3, 2007

9. ‘These claims, which were often founded on dubious evidence, fuelled pre-existing racism in the US and many Haitians suffered severe discrimination and stigmatization as a result. A large number of Haitian immigrants living in the US lost their jobs and were evicted from their homes as Haitians were added to homosexuals, haemophiliacs and heroin users to make the ‘Four-H Club’ of groups at high risk of AIDS.’ http://williambowles.info/hait
i-news/2007/1107/worobey_aids.html

*******************

 

 
 
Dessalines Is Rising!!
Ayisyen: You Are Not Alone!


"When you make a choice, you mobilize vast human energies and resources which otherwise go untapped...........If you limit your choices only to what seems possible or reasonable, you disconnect yourself from what you truly want and all that is left is a compromise." Robert Fritz

HOME
Ezilidanto | Writings | Performances | Bio | Workshops | Contact Us | Guests | Law | Merchandise